dossier
dossier

Tout ce que vous devez savoir sur la dette

Publié le 24 mai. 2021
Temps de lecture : 3 min.
C’est quoi la dette ? Éléments généraux, définitions, chiffres clés.

La dette publique fait l’objet de bien des débats et est souvent utilisée par les libéraux comme un épouvantail pour justifier l’austérité ou encore l’immobilisme en matière environnementale. Du fait de cette omniprésence dans la bouche des libéraux, de nombreuses idées reçues sur la dette publique ont la vie dure. 

L’objectif de ces fiches est donc de contrecarrer ces idées reçues ainsi que de donner à chacun et chacune les clés de compréhension en matière de politique budgétaire et de politique monétaire. Nous ne pouvons nous résigner à entendre « on n’a pas les moyens » en réponse à chacune de nos propositions, les solutions existent, il faut donc en prendre connaissance et s’en saisir. Cette première fiche reprend donc les bases en donnant les définitions des principaux termes utilisées ainsi qu’en donnant quelques chiffres clés qu’il est utile d’avoir à l’esprit.

Dette publique/déficit public, de quoi parle-t-on ?

Tout d’abord, il convient de ne pas confondre ces deux notions complémentaires l’une de l’autre. Le déficit public correspond, pour une période donnée, à la différence entre les dépenses publiques et les recettes. Par exemple, en 2019, les dépenses publiques se sont élevées à 1 353 milliards d’euros tandis que les recettes étaient de 1 280 milliards. Le déficit public était donc de 73 milliards d’euros. L’État et les autres administrations publiques ont dû emprunter pour financer ces 73 milliards d’euros de déficit.

On prend en compte toutes les dépenses publiques, qu’elles soient des administrations centrales, des administrations publiques locales ou encore des administrations de Sécurité sociale.

On peut également parler de déficit primaire, c’est-à-dire le déficit (ou l’excédent) avant paiement des intérêts de la dette. Cela permet de voir la situation financière d’un pays sur une année sans tenir compte des effets des années – voire décennies – précédentes.

Nous voyons donc que le déficit est un flux. Au contraire, la dette est un stock. En effet, la dette publique correspond à la somme des déficits accumulés par les administrations publiques.

En 2019, la dette s’élevait à environ 2 400 milliards d’euros, soit 98 % du PIB (1).

Être en déficit, est-ce grave ?

Comme le montre le graphique ci-dessous, la France est en déficit chaque année depuis plus de quarante ans (depuis 1975 pour être précis) sans que cela ne pose de problème majeur. C’est également le cas pour les États-Unis par exemple, sans que cela nuise à la capacité d’intervention de l’État dans l’économie.

Graphisme fiche 1 dette

Source : Insee

On ne peut donc pas juger une économie simplement par son déficit et sa dette publique. Il faut voir plus que cela en s’intéressant notamment à ses conditions de financement (à quel taux d’intérêt, auprès de qui l’État emprunte, à quelle durée, etc.) ainsi que les causes des déficits pour mieux diagnostiquer la situation. Cela sera donc l’objet des fiches suivantes.

Comment se finance-t-on ?

Dans cette deuxième fiche pédagogique sur la dette, nous allons nous intéresser à la manière dont sont financées les dépenses publiques et particulièrement les déficits ainsi que les conditions de ce financement.

Qui détient la dette ?

Nous avons pu voir dans la fiche précédente comment l’État finance ses dépenses publiques et surtout comment et dans quelles conditions il emprunte. Nous allons désormais nous intéresser aux détenteurs de ces créances.

La dette est-elle soutenable ?

La dette publique est mise au cœur du débat public par les libéraux qui tentent de l’agiter comme un chiffon rouge pour faire peur et justifier les politiques d’austérité. Selon eux, le poids de la dette publique la rendrait risquée et moins soutenable. Intéressons-nous donc à cette question de soutenabilité.

La dette est-elle un fardeau pour les générations futures ?

Un des arguments les plus souvent répétés par les libéraux serait que nous allons laisser une dette publique qui sera un fardeau pour les générations futures.

La dette est-elle un fardeau pour les générations futures ? Bis

On ne compte plus le nombre de fois où on a entendu que la France avait trop de fonctionnaires, des administrations trop lourdes et inefficaces et qu’il faudrait donc supprimer des dizaines voire centaines de milliers de postes de fonctionnaires pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Pourquoi la dette augmente depuis quarante ans ?

Puisque la dette publique ne s’explique pas par des dépenses publiques inconsidérées, il faut chercher ses causes ailleurs. En voici les principales, qui expliquent notamment la dette que l’on pourrait qualifier d’illégitime. Comme on l’a déjà dit, la dette publique n’est pas mauvaise en soi mais il est important de comprendre d’où elle vient.

D’où vient la « dette Covid » ?

La dette publique est passée de 98,1 % du PIB fin 2019, à 116,4 % à la fin du 3e trimestre 2020 et certainement 120 % fin 2020.

Qu’est-ce qu’une politique d’austérité ?

Nous ne cessons de répéter que la France souffre de l’austérité. Certains rétorquent que les dépenses publiques n’ont quasiment jamais cessé de progresser ou au moins de se stabiliser en % du PIB, parler d’austérité serait donc excessif.

Pourquoi certains États font défaut sur la dette ?

Nous avons vu dans les fiches précédentes que la dette publique française était totalement soutenable et que le risque de défaut était pour ainsi dire inexistant. Pourtant certains États, l’Argentine et le Liban par exemple, ont déjà fait défaut sur leur dette publique. Nous allons donc voir les deux principaux éléments qui peuvent mener à ce genre de situation.

Quel est le rôle de la Banque centrale européenne ?

La Banque centrale européenne (BCE) est chargée de la politique monétaire européenne, c’est-à-dire tout ce qui touche à l’euro (sa valeur par rapport aux autres monnaies par exemple), au contraire des États qui sont eux chargés de la politique budgétaire.

Dette publique / dette privée

On entend constamment parler de la dette publique mais beaucoup moins de la dette privée, pourtant cette dernière est bien plus importante de par son poids puisqu’elle s’élève à environ 150 % du PIB en France, comme le montre le graphique plus bas. Intéressons-nous donc de plus près à cette dette.

Quelles solutions alternatives pour le financement de l’État ?

Nous avons vu tout au long de ces fiches pédagogiques que la dette ne présentait pas un problème à court terme. Cela ne justifie pas pour autant un statu quo, notamment sur les conditions de financement de l’État. Nous allons donc ici présenter les limites du système actuel et comment dépasser ces limites.
(1) PIB :produit intérieur brut. Cela correspond à la somme des valeurs ajoutées produites sur un territoire et pour une période données.

A voir aussi

Actualité

Entreprises du CAC 40 : que font-elles de notre argent ?

100 % des entreprises du CAC 40 touchent des aides publiques liées à la crise sanitaire. La grande majorité de ces aides ont été accordées sans que l'Etat exige de contrepartie sociale, fiscale ou…

Actualité

Dette publique / dette privée

On entend constamment parler de la dette publique mais beaucoup moins de la dette privée, pourtant cette dernière est bien plus importante de par son poids puisqu’elle s’élève à environ 150 % du PIB…

Nos repères CGT

Ce pôle financier public reposerait sur la mise en réseau d’un ensemble d’institutions financières de statut public et semi-public exerçant des missions de service public et d’intérêt général.

Les politiques financières, budgétaires et monétaires doivent trouver un nouveau sens au service de l’intérêt général. Les banques et les institutions financières doivent retrouver le sens premier de leur activité : financer le développement.