dossier
dossier

Les liaisons dangereuses des banques françaises avec la colonisation israélienne

Publié le 10 aoû. 2018
Temps de lecture : 2 min.
Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient un rapport sur « Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne ».

Il met en lumière les liens entre certaines banques et assurances françaises et des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes.
La colonisation israélienne dure depuis 50 ans. Illégale au regard du droit international, elle ne cesse de s’accélérer. La planification de 6 000 nouveaux logements depuis janvier 2017 en est la dernière manifestation. Dans la continuité de ses résolutions antérieures, le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté le 23 décembre 2016 la résolution 2334 , exigeant notamment d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ».
Cette colonisation ne pourrait exister sans la contribution des banques israéliennes qui financent les constructions, et des sociétés israéliennes qui fournissent services et infrastructures dans les colonies. Le système bancaire israélien constitue un outil essentiel de la politique de colonisation, et les entreprises israéliennes contribuent au maintien et au développement des colonies israéliennes. En 2013 déjà, une mission d’enquête indépendante des Nations Unies dénonçait le rôle primordial des banques israéliennes dans la colonisation et les conséquences en termes de violations des droits de l’homme.
L’enquête menée par nos organisations révèle des liens financiers entre ces entités israéliennes et les groupes bancaires français suivants : BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA.

Des projets de développement de la colonisation sous financements français

Le soutien des groupes financiers français à la colonisation se manifeste également sous la forme de prêts accordés à une entreprise afin de financer un projet particulier.

Les banques françaises, actionnaires de banques israéliennes

De manière indirecte, en étant actionnaires de banques israéliennes qui participent d'une manière ou d'une autre à la colonisation des territoires palestiniens, les banques françaises sont complices.

Colonisation de la Palestine : recommandations à l’Etat français

En cohérence avec son vote de la résolution 2334 (2016) du Conseil de sécurité de l’Onu contre la colonisation, nous demandons instamment à l’Etat français de respecter ses engagements internationaux.

Colonisation de la Palestine : recommandations aux banques et assurances françaises

Adresse aux banques et assurances à mettre fin à leur soutien direct ou indirect à la colonisation de la Palestine.

Des institutions financières se sont déjà désengagées

Afin de se conformer au droit international, un certain nombre d’institutions financières étrangères publiques et privées ont pris publiquement la décision de cesser tout investissement en cours et futur dans les banques et entreprises israéliennes impliquées dans la colonisation.

A voir aussi

Actualité

Opacité bancaire, politiques désastreuses... Arrêtez le massacre !

Alors qu'éclate le scandale des « Paradise papers », la Fédération CGT des finances souhaite pointer quelques faits qui méritent qu'on s'y arrête.

Actualité

Colonisation de la Palestine : recommandations à l’Etat français

En cohérence avec son vote de la résolution 2334 (2016) du Conseil de sécurité de l’Onu contre la colonisation, nous demandons instamment à l’Etat français de respecter ses engagements internationaux.

Nos repères CGT

Ce pôle financier public reposerait sur la mise en réseau d’un ensemble d’institutions financières de statut public et semi-public exerçant des missions de service public et d’intérêt général.

Les politiques financières, budgétaires et monétaires doivent trouver un nouveau sens au service de l’intérêt général. Les banques et les institutions financières doivent retrouver le sens premier de leur activité : financer le développement.