dossier
dossier

Le 16 juin, tous et toutes mobilisé·e·s pour la santé

Publié le 12 juin. 2020
Temps de lecture : 3 min.
Les personnels de santé, du médicosocial, du social, des Ehpad et de l’éducation nationale seront mobilisés pour exiger des moyens conséquents pour de bonnes conditions de travail assurant ainsi un service public de qualité pour tou·te·s les usager·ère·s et patient·e·s.

Ils et elles seront en grève aussi pour la reconnaissance de leurs métiers et une revalorisation salariale et professionnelle conséquente avec un dégel immédiat de la valeur du point d’indice.

Pendant plus d’un an, ils et elles ont multiplié les actions pour alerter sur la situation de l’hôpital, des urgences, des déserts médicaux, de l’accueil des personnes âgées laissant craindre, en cas de vague épidémique, de véritables catastrophes sanitaires. 

Pendant tous ces mois, ils ont été méprisés, voire matraqués par le pouvoir en place. Les différents ministres ont soit minimisé la crise à l’hôpital, soit affiché des promesses qu’ils n’ont pas tenues.

Lire la suite...

Avec le Coronavirus, les alertes répétées des personnels soignants sont devenues une réalité et l’engorgement des services de réanimation, le manque de lits en soin de suite pour des malades lourdement atteints, la nécessité de transférer des patient·e·s très malades en train à l’autre bout du pays, la fermeture des services jugés non urgents, la surmortalité enregistrée dans les maisons de retraite, l’absence de masques et de surblouses de protection en nombre, les internes et étudiant·e·s en santé réquisitionné·e↓s travaillant souvent sans protection et pour un salaire de misère... leur ont malheureusement donné raison.

Toute la politique de casse de l’hôpital et, plus largement, de la santé, de la sécurité sociale et de la protection des populations les plus fragiles, doit être abandonnée. Cela a sauté aux yeux de la population, inquiète face à la pandémie. Des élans de solidarité populaires se sont noués avec eux, notamment tous les soirs à 20 h 00 au cours d’applaudissements soutenus dans tout le pays.

Il est temps de considérer prioritaire la réponse aux besoins de la population et d’engager, au sortir de cette crise sanitaire, un plan de programmation et de reconstruction de tout le système de soins comme de l'ensemble des services publics au service de l'intérêt général.

Déjà, le projet Ségur voulu par le gouvernement montre ses limites et ressemble à une nouvelle imposture débouchant sur des mesures confortant la politique libérale qui prévaut depuis des années.

Au contraire, les organisations syndicales et de jeunesse apportent leur soutien et invitent le plus grand nombre à participer aux nombreuses mobilisations déjà programmées le 16 juin et à toutes celles en cours nommées « les mardis de la colère ».

Agissons pour la revalorisation générale des salaires de tous les personnels, la reconnaissance de leurs qualifications, un plan de formation pluridisciplinaire et un plan de recrutement de personnels, la suppression de la sélection et la création de places dans les filières de santé, un renforcement des moyens financiers pour les établissements, une augmentation substantielle des budgets 2020 et 2021, l’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits, la garantie de l’accès de la proximité́ et de l’égalité́ de la prise en charge pour la population sur tout le territoire.

Depuis plusieurs mois, l'hôpital public nous alertait du danger !

Depuis plusieurs années, l'hôpital public s'est mobilisé afin de dénoncer la dégradation des conditions de travail et du manque de moyen.

Malgré la crise sanitaire la casse de l'hôpital public continue

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé le contenu de son ”plan massif pour l’hôpital” (amélioration des rémunérations pour les salariés, réorganisation des soins, programme d’investissement), mais tout laisse à penser que le gouvernement continuera sa politique de casse de l’hôpital public, au bénéfice du privé.

Hôpital public : les chefs de service sonnent l'alarme

Plus de 1 000 médecins avaient menacé de démissionner de leurs fonctions administratives le 14 janvier, c'est désormais chose faite pour plus de 300 praticiens hospitaliers qui, en l'espace d'une semaine, ont officiellement renoncé à leurs fonctions administratives et d'encadrement. Une décision symbolique pour attirer l'attention des médias et des pouvoirs publics sur la crise historique que traverse l'hôpital public.

Retrouvez les lieux et heures des rendez-vous sur l'ensemble du territoire en temps réel

 

carte des mobilisations 16 juin

A voir aussi

Actualité

Un pôle de santé public pour un accès aux soins égalitaire

L'accès aux soins pour toutes et tous : tel est le thème de la campagne lancée mercredi 28 avril par la CGT à la mairie de Montreuil.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.