dossier
dossier

La transition écologique : le choix d’une politique de développement humain

Publié le 8 oct. 2021
Temps de lecture : 2 min.
Le projet de loi "portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" est en cours d'examen au Sénat.

Selon la procédure accélérée, le projet définitif sera voté à l'Assemblée nationale en septembre prochain.

Quels que soient les éventuels ajustements qui pourraient lui être apportés, ce texte demeure profondément antisocial et largement insuffisant quant à l'urgence climatique.

À la CGT, nous pensons qu'une loi issue des travaux de la Convention citoyenne pour le climat devrait être l'opportunité de bâtir une politique de développement humain durable telle que nous la défendons en tout lieu depuis de nombreuses années.

Une politique de justice sociale élaborée avec l'ensemble des travailleurs qui se fixe comme objectif de revaloriser le travail tant dans son contenu qu’en termes de salaire et de conditions de travail.

Cette loi aura sans aucun doute des effets très concrets dans nos vies quotidiennes ainsi que pour la plupart d’entre nous sur la réalité de notre travail.

Pour aider à mesurer les conséquences de ces choix et permettre à tous ceux qui le souhaitent d’intervenir collectivement pour contribuer à en changer les contour, la CGT porte à votre connaissance une série de fiches qui expliquent le contenu et les conséquences de certains de ses articles et met en débat des propositions concrètes permettant de tracer les contour d’une véritable politique sociale et environnementale.

La loi "portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" a été adoptée le 20 juillet dernier par le Parlement.

Ce nouveau texte de loi, profondément anti-social et largement insuffisant quant à l'urgence climatique, va avoir des effets très concrets dans nos vies et au travail, et octroie une prérogative environnementale aux CSE.

C’est dans ce contexte que nous publions aujourd’hui ce guide portant sur « l’enjeu social des questions environnementales dans le champ d’action des CSE » et qui doit être un véritable point d’appui revendicatif de notre démarche CGT au service du progrès social dans toutes les entreprises.

Concrètement, vous y trouverez les modalités d’action, anciennes et nouvelles, dont peuvent se saisir les élus des CSE pour contraindre la responsabilité sociale et environnementale des entreprises en faveur de la préservation et du développement de l’emploi et vers davantage de justice sociale.

Pour que la transition écologique soit l’opportunité de bâtir un avenir différent, restons mobilisés !

A voir aussi

Actualité

Aides aux entreprises ? Oui, mais... sous conditions

Aide au développement, au “maintien” de l’emploi, à la formation professionnelle, soutien aux filières… Par le biais de centaines de dispositifs d’aides aux entreprises, chaque année, l’Etat et les…

Actualité

9 mai : mobilisation pour une transition sociale et écologique juste !

À l'issue de l'examen à l’Assemblée nationale du projet de loi « climat et résilience » verrouillé par la majorité au pouvoir, la CGT appelle les salarié·e·s, les retraité·e·s et les privé·e·s d…

Actualité

Le collectif "Plus jamais ça" appelle le gouvernement à mettre en place des mesures d'urgences

Au printemps dernier, syndicats et associations publiaient un plan de sortie de crise avec 34 propositions dans une tribune publiée mi-mars et intitulée « Plus jamais ça, construisons le monde d…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.