Un nouveau cap inacceptable dans la répression syndicale : Sébastien Menesplier, un secrétaire confédéral CGT convoqué à la gendarmerie

Publié le 23 Aoû. 2023
Temps de lecture : 2 min.
Sébastien Menesplier, secrétaire général de la Fédération Nationale des Mines et de l’Energie et membre du Bureau confédéral de la CGT, est convoqué personnellement à la gendarmerie de Montmorency, le 6 septembre, à 8h30 dans le cadre des actions menées par les électriciens et gaziers à l’occasion de la mobilisation contre la réforme des retraites.

C’est une première !

Cette convocation est hautement politique : le pouvoir franchit un nouveau cap gravissime et inédit dans la répression syndicale à l’égard des militant·es de la CGT.

Face à un pouvoir néolibéral qui a multiplié les actes anti-démocratiques ces derniers mois, nous ne laisserons pas la CGT et ses premier·es dirigeant·es se faire intimider et condamner par l’appareil répressif du pouvoir.

La CGT, fer de lance dans la lutte contre la réforme des retraites, défendra chaque camarade impacté par la répression.

Le sujet de la répression et criminalisation syndicale, en général, et de la convocation de Sébastien Menesplier, en particulier, seront donc à l’ordre du jour de la réunion de Sophie Binet, Secrétaire Générale de la CGT, avec le président de la République, Emmanuel Macron, le 29 août 2023.

Toute la CGT est déterminée à obtenir la fin de cette répression syndicale généralisée, le respect des libertés syndicales et le respect du droit de grève.
La CGT appelle d’ores et déjà à se rassembler massivement, le 6 septembre 2023, à 8h30, en présence de Sophie Binet, devant la gendarmerie de Montmorency (Val-d’Oise).

Montreuil, le 23 août 2023