comm. de presse
comm. de presse

RÉPRESSION DE LA FÊTE DE LA MUSIQUE À NANTES

Publié le 26 juin 2019
Temps de lecture : 2 min.
Lors de la fête de la musique au Hangar à Bananes à Nantes vendredi 21 juin, les décibels ont duré au-delà de la limite prévue et autorisée. Au lieu d’un constat policier de l’infraction, comme c’est d’usage dans ce cas-là, les forces de l’ordre sont intervenues de manière violente et disproportionnée.

Plusieurs témoins, présents et à proximité, ont assisté aux évènements. Rien ne justifiait une intervention de gazage en réponse à des jets de projectiles qui n’auraient sans doute pas eu lieu dans le cadre d’un constat de police ordinaire. Le recours aux gazages et l’usage de LBD, s’il est confirmé, qu’une enquête pourrait attester, n’est pas une réponse acceptable à quelques jets de projectiles. Le gazage a contraint au moins 14 personnes (principalement des jeunes) à se jeter dans la Loire, générant panique et suffocations. Aujourd’hui encore un jeune homme est porté disparu… Les pompiers ont pu intervenir rapidement et avec compétence, secourant des vies mises en danger par l’usage d’armes tels que le LBD inapproprié pour un maintien de l’ordre respectueux de l’intégrité de tous.
Cette intervention à l’encontre d’une manifestation culturelle regroupant des jeunes s’ajoute à la longue liste des violences dont sont victimes de nombreux participants à des manifestations.
La CGT appuie la démarche de l’intersyndicale CGT/FO/FSU/Solidaires/MNL de Loire-Atlantique qui, dans une lettre ouverte au Préfet, demande une réunion urgente sur la question du maintien de l’ordre.
La CGT est solidaire de l’ensemble des victimes, elle demande l’arrêt immédiat de ces violences et l’interdiction des LBD.


Montreuil, le 25 juin 2019

Télécharger le CP