Racisme, xénophobie, rejet de l’autre : des maux à combattre

Publié le 4 sep 2020
Temps de lecture : 2 min.
Le racisme, la xénophobie et toute idée de rejet de l’autre basée sur la différence ne doivent pas être banalisés mais combattus.

Le choix délibéré de la rédaction de Valeurs Actuelles de publier un dessin raciste à l’encontre d’une députée française n’est pas un acte anodin. Il s’inscrit dans un contexte politique qui ne cesse de banaliser et tente de rendre anodine toute sorte d’expression ou d’acte raciste, xénophobe, de rejet de tout ce qui nous est différent.  
De par son histoire et les valeurs qu’elle porte, la CGT combat l’ensemble des propos et actes qui s’inscrivent dans l’idéologie de l’extrême droite ; qu’ils soient assumés publiquement ou se réfugient derrière le label de droite décomplexée !
C’est dans cette logique que face à une ligne éditoriale – qui promeut cette idéologie raciste et xénophobe sans complexe – que la direction confédérale de la CGT a fait savoir qu’elle ne répondrait plus favorablement aux sollicitations de la chaîne d’info en continu CNews.
La CGT dénonce le comportement des responsables politiques qui jouent, à des fins électoralistes, aux pompiers pyromanes. Il est inconcevable que ces derniers, se revendiquant des valeurs de la République, contribuent  dans leurs propos et attitudes à favoriser la propagation et l’enracinement de cette idéologie haineuse dans le débat public.
Cette interpellation s’adresse avec la même force aux responsables éditoriaux des différents médias qui quotidiennement multiplient les débats dignes du « café du commerce » et contribuent, eux aussi, à ce rejet de celle ou de celui qui est différent.
La CGT les appelle à plus de responsabilité !  
Les questions relatives au désenclavement des territoires, à la lutte contre les précarités économiques, sociales et environnementales, l’accès à la mobilité, au logement, à l’éducation, à la santé, à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail ou dans la sphère privée ne peuvent être caricaturées d’un revers de main en débat sur le communautarisme ou un prétendu « ensauvagement » de la jeunesse.
La CGT porte et portera la question de l’égalité des droits pour toutes et tous sans distinction, dans la vie privée comme dans la vie professionnelle. C’est pourquoi la CGT participera au rassemblement organisé le samedi 5 septembre 2020 à 17h, Place du Trocadéro, à Paris, en soutien à Danièle Obono et pour lutter contre la banalisation du discours raciste et ses promoteurs médiatiques.

Montreuil, le 4 septembre 2020

Télécharger le communiqué de presse