Pour qu’industrie rime avec écologie, les organisations de “Plus jamais ça” appellent à la sauvegarde de Chapelle-Darblay

Publié le 30 mar 2021
Temps de lecture : 2 min.
Les 8 organisations du collectif Plus jamais ça interpellent les élu·e.s de Grand-Couronne et de la métropole de Rouen, comme le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, pour sauver l’usine papetière de Chapelle-Darblay, ce fleuron de l’économie circulaire, avant qu’il ne soit trop tard : le groupe UPM, propriétaire de l’usine, se refuse à vendre et menace de fermer définitivement le site le 15 juin prochain.

Les organisations lancent également une pétition, pour appeler le plus grand nombre à rejoindre la mobilisation.
Mise à l’arrêt depuis l’été 2020, l’usine de Chapelle-Darblay est sur le point d’être démantelée : les salarié·e.s ont été licencié·e.s et UPM veut maintenant délocaliser les machines pour accroître ses profits, alors même que Chapelle-Darblay réalisait des bénéfices.
Pourtant, la papeterie possède bien des atouts : seule usine en France capable de fabriquer du papier journal 100% recyclé, Chapelle-Darblay est un modèle d’industrie vertueuse pour la transition écologique, avec sa chaudière biomasse, sa station d’épuration et la possibilité d’acheminer le papier recyclé par la Seine. L’usine est aussi pourvoyeuse de centaines d’emplois dans le bassin rouennais.
Face à cette situation et malgré un discours en apparence volontaire, le gouvernement ne semble pas pressé de se saisir du dossier qui n’a pas même été mentionné dans le plan de relance.
En soutien des salarié·e.s de Chapelle-Darblay, le collectif Plus jamais ça, composé de syndicats et d’organisations écologistes, interpelle le gouvernement et les élu·e.s et réclament la garantie que le site sera conservé dans son intégralité afin de poursuivre son activité. En octobre dernier déjà, les huit organisations s’étaient rendues sur le site pour rencontrer les salarié·e.s et réaffirmer l’intérêt de conjuguer industrie avec progrès social et environnemental.

Consulter la lettre envoyée aux élu·e.s
Consulter la pétition

« Plus jamais ça » est un collectif composé notamment de Attac, Les Amis de la Terre, la CGT, Confédération paysanne, FSU, Greenpeace France, Oxfam France et l’Union syndicale Solidaires.

Montreuil, le 30 mars 2021