Marcel Trillat n’est plus : la classe ouvrière perd une de ses grandes voix

Publié le 21 sep 2020
Temps de lecture : 1 min.
Vendredi 18 septembre, Marcel Trillat est décédé laissant derrière lui une douleur incommensurable.

Journaliste engagé, Marcel a toujours voulu montrer l’envers du décor, parler de celles et ceux dont on ne parle jamais, mettre dans la lumière celles et ceux qui sont dans l’ombre : les « prolétaires », les étrangers, les enfants des quartiers populaires…
Marcel Trillat, c’est bien sûr « Radio Lorraine cœur d’acier », première radio libre, mise en place par la CGT en 1979 pour la sauvegarde de la sidérurgie ; c’est aussi l’incarnation d’un combattant acharné pour la liberté de la presse et l’indépendance de l’audiovisuel public.
Fort de ses convictions et de son engagement, Marcel est et restera un journaliste hors pair, profondément humaniste.
La CGT veut aujourd’hui lui rendre hommage en saluant ce qu’il était : un homme au service des autres, porteur d’une vision émancipatrice et juste de la société !
Avec ses militants, la CGT poursuivra ses combats. Elle salue respectueusement sa mémoire et adresse toutes ses condoléances à sa famille et ses proches.

Montreuil, le 21 septembre 2020

Télécharger le communiqué de presse