Le réchauffement climatique tue !

Publié le 9 fév 2021
Temps de lecture : 2 min.
Dimanche 7 février, en Inde dans l’État de l’Uttarakhand (en amont de la vallée de la rivière Dhauliganga), un glacier existant depuis des siècles a cédé sous l’effet du réchauffement climatique.

Ce faisant, il a détruit et emporté un barrage hydroélectrique et son lac, ensevelissant des centaines de travailleur·euse·s sous les gravats de leur lieu de travail ou les emportant dans les flots déchainés, rasant, au passage : villages, forêts, entreprises, routes … On compterait dores et déjà plus de 200 victimes, hommes, femmes, enfants.
Pour la CGT, ce drame est une illustration de plus de la nocivité des pratiques capitalistes selon lesquelles l’argent compte plus que la vie et/ou la planète. La CGT adresse ses condoléances aux victimes et aux familles des morts ou blessées.
Les morts de dimanche sont parmi les premières victimes climatiques, victimes qui vont se décupler si en France, en Inde, comme dans le reste du monde, les dirigeants et les chefs d’entreprises conservent comme seule ligne d’horizon la courbe exponentielle de leurs profits.
Alors qu’au cours du premier semestre 2020, les chefs d’États et de gouvernements de nombreux pays affirmaient que le monde devait changer, en 2021 ces engagements sont oubliés. La course au profit ravage de plus belle la planète et ses habitants.
Depuis de nombreuses années, la CGT développe des actions de formation et de solidarité, avec des organisations syndicales sur d’autres continents pour aller vers moins de pollution et vers une transition juste qui ne laisserait pas les travailleur·euse·s au bord du chemin. Luttes sociales et luttes environnementales doivent plus que jamais aller de pair, au service de l’émancipation humaine et du respect de la planète.

Montreuil, le 9 février 2021