Le gouvernement maintient la reprise des expulsions locatives !

Publié le 26 mai 2021
Temps de lecture : 2 min.
Le 21 mai dernier, sur France Inter, la Ministre du logement a annoncé la reprise des expulsions locatives à compter du 1er juin 2021 et donc écarté toute idée d’une année blanche en matière d’expulsions.

Ainsi, le gouvernement nie la situation dramatique dans laquelle se situent des milliers de locataires sous le coup d’une expulsion imminente.
Ce ne sont pas les 30 millions d’euros supplémentaires attribués au fonds d’aide aux locataires qui vont permettre aux près de 2 millions de personnes qui sont en difficulté de paiement de loyer de se sortir d’une situation précaire engendrée par la crise sociale actuelle.
Certes, le gouvernement annonce ne pas vouloir procéder à une expulsion sans relogement ou solution d’hébergement. Ce message est régulièrement mis en avant par la Ministre du logement mais rarement appliqué pour cause de manque de logements sociaux adaptés aux situations des ménages concernés et de solutions d’hébergements insuffisantes.  
Si nous pouvons accueillir favorablement l’annonce de la non-fermeture des centres et places d’hébergement évitant à des milliers de sans-abris de se retrouver à la rue cet été, celle-ci ne pourra être efficace que si des moyens humains et financiers supplémentaires sont attribués. Mais, aussi et surtout, si la solution hébergement n’est qu’une étape temporaire pour accéder à un logement pérenne.
Les annonces du gouvernement par la voix de la ministre ne permettront en aucune façon d’éviter les drames humains que constituent les expulsions locatives et ne répondent en rien aux revendications portées par la CGT.
En conséquence, nous appelons l’ensemble des salariés, des retraités, des jeunes, des privés d’emplois et précaires à participer aux mobilisations territoriales des 29 et 30 mai 2021.

Montreuil, le 26 mai 2021