La retraite à points, c’est toujours non

Publié le 29 jan 2020
Temps de lecture : 2 min.
Une nouvelle fois, en réponse à l’appel interprofessionnel et unitaire, c’est massivement que les salariés, jeunes, retraités, privés d’emploi se sont retrouvés dans les manifestations dans plus de 200 territoires ainsi que dans des centaines d’entreprises en grève.

C’est d’une seule voix que tous demandent le retrait de ce néfaste projet de loi de réforme des retraites. La détermination à combattre cette régression sociale reste intacte et ce depuis le 5 décembre 2019. 

La propagande gouvernementale, relayée par nombre de médias plus au service du capital qu’à l’information du citoyen, ne berne plus la majorité de la population. Tous les sondages le disent, quelle que soit la forme que l’on donne aux questions, 70 % des Français veulent le retrait de cette réforme et 61 % soutiennent les grèves et manifestations, soutiens indéfectibles depuis plusieurs semaines.

De nombreux camarades subissent des menaces, brimades, procédures disciplinaires, garde à vue, convocation au tribunal parce qu’ils osent faire grève et manifester leur opposition. Voilà la conception du dialogue social et de la démocratie de ce gouvernement. Mais rien n’y fera, la détermination restera, ces agissements ne peuvent d’ailleurs que l’amplifier.

Alors, Mesdames et Messieurs du gouvernement, ceux des corps législatifs, entendez ce que dit et demande le monde du travail, le peuple de France, mettez en œuvre la démocratie que vous prônez tant.

Écouter la voix de la raison n’est jamais un recul.

La CGT appelle l’ensemble de ses militants, syndiqués, les travailleurs à élargir et amplifier le mouvement de contestation déjà installé. Seule la grève massivement suivie, reconduite partout où c’est possible, imposera à ce gouvernement d’autres choix que celui de la régression sociale. 

La justice sociale ne se mesure pas en points.

Montreuil, le 29 janvier 2020

Télécharger le CP en PDF