La CGT exige la libération immédiate d’Alexandre Yaroshuk !

Publié le 20 avr 2022
Temps de lecture : 3 min.
Dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 avril, notre camarade Alexandre Yaroshuk a été arrêté par le KGB du Belarus, la police politique du régime de Loukachenko. Des dizaines d’autres militants syndicalistes du BKDP seraient également arrêtés, dans une vague de répression qui touche également les membres de leur famille !

La CGT demande la libération immédiate d’Alexandre, figure incontournable du syndicalisme indépendant du Belarus et voix puissante en faveur de la paix depuis le début de la guerre de Poutine en Ukraine, conduite avec la complicité de Loukachenko.
Le 29 mars dernier, Alexandre lançait un vibrant et courageux appel en faveur de la paix dont voici des extraits : « Peu de pays dans le monde ont connu dans leur histoire des guerres aussi meurtrières que nous. Nous devons tout faire pour retrouver notre dignité, pour que la Biélorussie ne soit jamais considérée comme un agresseur militaire. Et qui d’autres que nous le fera ? Le nom de notre pays, les noms de nos villages et de nos villes ne doivent pas incarner la menace et le danger pour le peuple de l'Ukraine voisine, fraternel pour nous. Ils ne doivent pas incarner la mort. Moi, président du Congrès biélorusse des syndicats démocratiques, Alexandre Yaroshuk, je m’adresse à vous. La guerre de la Russie en Ukraine n'est pas notre guerre. Nous pouvons l'arrêter, nous devons l'arrêter ! La majorité absolue des Biélorusses, 97 %, ne veulent pas que la Biélorussie participe à la guerre en Ukraine ! Nos descendants ne nous pardonneront pas notre silence au moment le plus critique de notre histoire ! N'ayez peur de rien ni de personne ! Il est difficile d'imaginer pire que ce qui nous arrive aujourd'hui. Jamais et nulle part au monde, la demande de mettre fin à la guerre n'a été un crime ! Et, jamais et nulle part au monde, il n'y a eu de cause plus noble que de s'opposer à la guerre, contre le meurtre d'innocents, de femmes, de personnes âgées et d'enfants !
Exigez sur vos lieux de travail, au nom des collectifs de travail : non à la guerre, non à la participation de la Biélorussie à celle-ci ! Exigez l'interdiction d'envoyer des troupes biélorusses en Ukraine, exigez le retrait des troupes russes de notre pays ! Faisons-le maintenant, faisons-le aujourd'hui ! Parce que demain, il sera trop tard ! Parce que demain pour les Biélorusses ne viendra peut-être jamais !
»
Le BKDP, syndicat dont la création est très étroitement liée à l’exercice effectif du droit de grève et à sa contestation par Loukachenko, a pris une part active à l’explosion sociale qui a suivi l’élection présidentielle de 2020. Ses militants ont animé un grand nombre de comités de grèves et plusieurs de ses dirigeants, dont Alexandre Yaroshuk, ont piloté le comité national de coordination des grèves.
Le BKDP et la CGT entretiennent d’anciennes et fructueuses relations de fraternité et de solidarité. Alexandre a participé au 50ème congrès de la CGT, à Toulouse, et son organisation a pris une part très active dans notre Forum sur les transitions écologiques et sociales en juin 2021.
La CGT demande au gouvernement français d’intervenir, sans délai, pour exiger sa libération et de placer Alexandre Yaroshuk sous la protection de sa diplomatie sur place.

Yarochuk
Alexandre Yaroshuk, président du BKDP, portant l’écharpe de la CGT lors des mobilisations sociales de 2020.

Montreuil, le 20 avril 2022