La CGT et les confédérations syndicales brésiliennes mettent en demeure Mac Donald

Publié le 30 Mar. 2022
Temps de lecture : 2 min.
La CGT et les confédérations brésiliennes de l'UGT et de la CUT intentent ensemble une procédure contre Mac Donald pour non-respect de ses obligations vis-à-vis de la loi sur le devoir de vigilance des entreprises multinationales.

Ce dispositif légal voté en 2017 a pour vocation d'obliger les entreprises concernées à publier un plan de Vigilance « propre à identifier les risques et à prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l’environnement (...). »
Partout dans le monde, les entreprises multinationales voient leur pouvoir se renforcer, elles ont un poids et un impact économique qui leur permettent d'échapper le plus souvent aux normes, aux contraintes et au respect le plus élémentaire des droits fondamentaux. Cette situation n'est plus tenable, tant sur le plan humain, social qu'environnemental.
La France s'est dotée d'un arsenal juridique, encore imparfait et sans doute limité dans ses effets, mais il existe et nous allons donc le saisir pour mettre l'entreprise face à ses responsabilités.
À l'heure où nous écrivons ces lignes, une directive européenne portant sur ce sujet est en cours de discussion ; les travailleurs et leurs représentants doivent peser sur ces décisions qui nous engagent tous.
Nous avons, plus que jamais, besoin d'outils pour faire plier les entreprises multinationales, dans toute leur chaîne de valeur, et les contraindre à respecter les droits humains, les droits des travailleurs et les droits environnementaux.

Montreuil, le 30 mars 2022