comm. de presse
comm. de presse

La CGT dénonce l’arrestation du Secrétaire général de la CGTG à Baie-Mahault (Guadeloupe) et s’insurge contre les méthodes « musclées » employées par les forces de l’ordre

Publié le 22 jan 2019
Temps de lecture : 2 min.
Vendredi 18 janvier 2019, le Secrétaire général de la CGTG, Jean-Marie Nomertin, a été arrêté sans raison et brutalement par la gendarmerie lorsqu’il est venu soutenir les grévistes de deux entreprises de la grande distribution en action depuis deux mois. Les forces de l’ordre ont malmené M. Nomertin manifestant pacifiquement sur les piquets de grève déjà sur place...

Vendredi 18 janvier 2019, le Secrétaire général de la CGTG, Jean-Marie Nomertin, a été arrêté sans raison et brutalement par la gendarmerie lorsqu’il est venu soutenir les grévistes de deux entreprises de la grande distribution en action depuis deux mois.
Les forces de l’ordre ont malmené M. Nomertin manifestant pacifiquement sur les piquets de grève déjà sur place. Il a été projeté à terre, menotté et littéralement jeté dans un fourgon de la gendarmerie. Il a été retenu jusque tard dans la soirée dans la gendarmerie.
La CGT s’insurge contre cette arrestation injustifiée et la violence gratuite employée. Cet acte de répression représente une escalade de plus dans la spirale de criminalisation de l’activité syndicale. De tels faits rajoutent un élément d’inquiétude quant à l’état des droits fondamentaux en France.
La CGT demande à ce que toute lumière soit faite sur les conditions et raisons de cette arrestation.
La CGT soutient la lutte juste des salariés en grève à Baie-Mahault.
Cette grève doit trouver une issue favorable avec la satisfaction des revendications des salariés.  L’employeur a refusé, il y a quelques jours seulement, la médiation du préfet en vue d’ouvrir de véritables négociations.

Montreuil, le 22 janvier 2019