HAITI 2010 -2021 : Aux mêmes causes, les mêmes effets !

Publié le 19 aoû 2021
Temps de lecture : 3 min.
En 2010, Haïti était déjà frappé par un séisme qui avait fait plus de 220. 000 morts, 300. 000 blessés et 1,5 million de personnes déplacées, plongeant encore plus le peuple Haïtien dans la misère. Les grandes chancelleries du monde y étaient allées de leur communiqué appelant à la mobilisation et au soutien du peuple haïtien. Alors qu’aucun gouvernement ne se préoccupait du sort de la population de ce pays, l'un du plus pauvre du monde, il aura fallu un tel cataclysme pour qu’ils se mobilisent...

En 2010, Haïti était déjà frappé par un séisme qui avait fait plus de 220.000 morts, 300.000 blessés et 1,5 million de personnes déplacées, plongeant encore plus le peuple Haïtien dans la misère. Les grandes chancelleries du monde y étaient allées de leur communiqué appelant à la mobilisation et au soutien du peuple haïtien.

Alors qu’aucun gouvernement ne se préoccupait du sort de la population de ce pays, l'un du plus pauvre du monde, il aura fallu un tel cataclysme pour qu’ils se mobilisent. La solidarité et des plans d’urgences s’étaient donc mis en place, afin de répondre à la détresse de la population haïtienne.

Nombre d’organisations non-gouvernementales se sont mobilisées afin d’apporter une première aide d’urgence. Mais une fois les caméras des medias braquées sur d’autres événements, quelle aide concrète de reconstruction et de développement à long terme ces mêmes gouvernement ont-ils apportée à Haïti ? Aucune ! Seules quelques ONG ont continué leur travail, certaines parfois dans des conditions plus que douteuses.

Au contraire, Haïti a été abandonnée à la corruption et à des dirigeants véreux qui n’ont eu de cesse de détourner l’aide internationale sans provoquer le moindre commentaire des pays les plus riches.

Nombre de financiers prédateurs, d’investisseurs économiques douteux et de profiteurs se sont empressés de s’accaparer l’aide internationale à leur seul profit sans que celle-ci ne parviennent à celles et ceux qui en avaient le plus besoin.

Aucun plan de reconstruction de bâtiments sécurisés et antisismiques n’a été développé afin de mettre la population à l’abri de tremblements de terre, pourtant courants dans cette région du monde.

Aucun plan de développement économique et social en faveur de la population n’a été mis en place.

Aucune aide réelle n’a été apportée afin qu’une réelle démocratie soit mise en place et permette au peuple haïtien de prendre son destin en main.

Et aujourd’hui, après le dernier séisme qu’Haïti vient de subir nous en sommes au même point !

Encore une fois, le peuple haïtien compte ses morts et panse ses plaies au milieu des décombres.

La CGT demande donc au gouvernement français de s’engager dans un véritable plan de développement à long terme d’aide en faveur du peuple haïtien géré et contrôlé démocratiquement par la population du pays, à l’image par exemple de ce que fait L’Avenir social, l’association de solidarité de la CGT, en lien avec la Confédération des Travailleurs-euses des Secteurs Public et Privé d’Haïti (CTSP) dans le cadre d’un projet de formation professionnelle dédié spécifiquement aux femmes et aux jeunes.

Pour que ce pays et sa population sortent enfin de la misère, nous devons développer une solidarité à long terme et soutenir les forces progressistes et les femmes et les hommes qui luttent pour une véritable justice sociale au service du peuple haïtien.