Exilés : que cesse la chasse à l’homme !

Publié le 24 nov 2020
Temps de lecture : 1 min.
Alors que plus de 500 exilés sont restés à la rue suite à l’évacuation du campement de Seine-Saint-Denis la semaine dernière, une action pour demander leur mise à l’abri et une véritable politique d’accueil a été menée, hier soir, Place de la République.

Un campement a été installé pacifiquement par les exilés et les associations qui les soutiennent au quotidien depuis des années.
Cette action appelait au respect, à la dignité alors que ces personnes sont poursuivies, harcelées depuis plusieurs jours par la Police empêchant tout répit, toute réinstallation.
Le campement a été évacué hier soir par la police avec une violence insoutenable, inhumaine. Les exilés ont été jetés de leurs tentes, brutalisés, pourchassés dans les rues de Paris, un journaliste a été tabassé au sol, des élus ont été nassés par les forces de l’ordre.
On ne pratique pas l’accueil à coup de matraques.
La chasse à l’homme est un drame, une insulte faite à l’humanité.
La CGT demande la mise à l’abri immédiate des exilés du campement de Seine-Saint-Denis.
La Ville de Paris a fait plusieurs propositions pour les héberger. L’État doit s’en saisir. C’est une urgence absolue.
La CGT demande d’urgence la mise en place d’une réelle politique d’accueil pérenne pour tous les exilés.

Montreuil, le 24 novembre 2020

Télécharger le communiqué de presse