comm. de presse
comm. de presse

Errance en méditerranée

Publié le 7 nov 2019
Temps de lecture : 3 min.
Communiqué commun de la CGT et de la CCOO. Ces dernières semaines, les tragédies de migrants et de réfugiés en Méditerranée secourus par des navires tels que Sea Watch, Open Arms, Ocean Wiking se sont répétées.

La CGT et la Confederación Sindical de Comisiones Obreras Españolas ont salué la décision des tribunaux italiens d'autoriser le navire Open Arms de l'association espagnole Proactiva ATRACARAN à Lampedusa le 20 août avec les 107 migrants naufragés et l'accord européen pour le débarquement des migrants Ocean Wiking à Malte.


Cette décision représente une victoire pour tous ceux qui exigent le respect des lois maritimes et des principes humanitaires et une gifle pour le ministre italien de l'Intérieur sortant de l'extrême droite, Salvini. Cependant, il reste inacceptable de laisser des êtres humains épuisés et malades en Europe, fuyant leur pays pour échapper aux guerres, aux crises climatiques ou à la misère économique, de les immobiliser dans des conditions extrêmes et souvent indignes, et de leur refuser un accueil immédiat qui leur permette de se retrouver dans un lieu sûr. Nombre d'entre eux, au cours de leur voyage, ont connu des situations d'extrême violence, d'abus et de mauvais traitements dans les pays qu'ils ont traversés.


Toutefois, il ne faut pas oublier que la responsabilité première du sauvetage incombe aux organismes de service public, tels que les garde-côtes ou les services de sauvetage maritime, et qu'ils ne devraient pas avoir besoin d'initiatives privées et humanitaires pour fournir un soutien. Dans de nombreuses eaux territoriales, le service public opère et effectue des centaines de sauvetages chaque mois.
Les capitaines de navire ne font que leur devoir et le droit maritime exige que toutes les personnes en détresse en mer soient sauvées. Il est scandaleux et inacceptable de les criminaliser et de les détenir dès qu'ils atteignent un port, en violation de toutes les lois internationales.


CCOO et CGT appellent les gouvernements espagnol et français à assumer leurs responsabilités en tant que pays démocratiques européens, à respecter les droits de l'homme, ouvrir les ports européens les plus proches afin que les navires puissent accoster et les migrants puissent rejoindre les pays d’accueil.


Nous appelons à l'ouverture de voies d'accès sûres et efficaces à l'Europe, comme le prévoit le Pacte mondial des Nations Unies sur la migration.


La CGT et le CCOO demandent des éclaircissements sur la place et le rôle de FRONTEX à la suite des rapports qui ont été publiés dans la presse européenne car il n'est pas acceptable que FRONTEX ne respecte pas les droits humains fondamentaux de tous les immigrants en danger.

En outre, la nouvelle Commission européenne devra mettre en œuvre la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, élaborer un plan pour la mise en place d'un système européen commun d'asile (ceao) ainsi que le droit international de la mer en matière d'asile et assurer le fonctionnement équitable du régime d'asile européen commun.


Montreuil le, 7 novembre 2019
 

Télécharger le CP