comm. de presse
comm. de presse

Demande d’interdiction des lanceurs de balles de défense au Conseil d’État : audience le 30 janvier

Publié le 29 jan 2019
Temps de lecture : 1 min.
La dernière manifestation du 26 janvier pendant laquelle un gilet jaune a, de nouveau, été gravement blessé à un œil par un lanceur de balle de défense (LBD) nous fait, encore une fois, la preuve que ces armes sont extrêmement dangereuses pour les manifestants. Le débat sur l’interdiction des LBD prend, enfin, une ampleur que le Conseil d’État ne peut ignorer...

La dernière manifestation du 26 janvier pendant laquelle un gilet jaune a, de nouveau, été gravement blessé à un œil par un lanceur de balle de défense (LBD) nous fait, encore une fois, la preuve que ces armes sont extrêmement dangereuses pour les manifestants.
Le débat sur l’interdiction des LBD prend, enfin, une ampleur que le Conseil d’État ne peut ignorer.
Il est donc urgent que ce dernier fasse droit à l’Union départementale CGT de Paris, la Confédération CGT, la Ligue des Droits de l’Homme, le syndicat de la Magistrature (SM) et le  syndicat des Avocats de France (SAF) de faire interdire l’utilisation des LBD par les forces de l’ordre.
Ce recours s’appuie, notamment, sur le rapport du Défenseur des droits qui a mis en lumière, après investigation, la dangerosité des LBD et a recommandé d’en interdire l’utilisation.
Nous espérons d’ailleurs une intervention du Défenseur des droits sur notre recours.
L’audience se tiendra mercredi 30 janvier, à 15h, au Conseil d’État.
Sa décision sera capitale car il est grand temps que tous les militants et tous les citoyens puissent participer sereinement aux prochaines manifestations des 2 et 5 février.

Montreuil, le 29 janvier 2019