comm. de presse
comm. de presse

1er DÉCEMBRE 2019 : JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA

Publié le 2 déc 2019
Temps de lecture : 3 min.
Vivons ensemble au travail et dans la vie de façon positive !

La Journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre est une journée internationale consacrée à la sensibilisation de la pandémie du Sida (Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise). Au cœur de cette journée : la connaissance, la prévention, le dépistage et le traitement de cette maladie ainsi que la lutte contre les préjugés et pour l’émancipation des personnes, au travail et dans la société.
En France, environ 153 000 personnes sont atteintes du SIDA mais, parmi elles, environ 25 000 personnes ignorent qu’elles sont séropositives.
À ce jour, le Sida (causé par infection au virus de l'immunodéficience humaine, dit « VIH ») reste une maladie incurable. Si le développement de la pratique de la PrEP1 a fait diminuer le nombre de nouveaux diagnostics de contaminations au VIH de 16% entre 2015 et 2018, toutefois, la question des contaminations aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST) n’a pas perdu de son acuité, notamment chez les plus jeunes.
La CGT propose la mise en place d’un service public de santé ayant pour obligation de garantir l’accès aux soins et à la prévention à l’ensemble de la population et sans discrimination d’accès à ses services.2
Elle estime qu’il ne peut y avoir de véritable amélioration en matière de santé sexuelle et reproductive, sans politiques publiques offensives.
Pour cela, il faut rompre avec la destruction des droits sociaux et du système de santé dans sa globalité, destruction aggravant la précarisation des personnes, rendant impossible l’accès aux soins et au dépistage pour toutes et tous.
Alors que le Gouvernement va instaurer, désormais, une carence de 3 mois pour l’accès à l’Aide médicale pour les migrants et demandeuses et demandeurs d’asile arrivant sur notre territoire, il apparaît qu’il ne peut y avoir de recul du Sida, avec les entraves de plus en plus fortes au droit au séjour pour soins des étrangers malades.
Au travail alors que les salariées et salariés atteints de cette pathologie sont protégés par la loi du 12 juillet 1990 « relative à la protection des personnes contre les discriminations en raison de leur santé ou de leur handicap », ainsi que par le Code du travail et le Code pénal qui interdisent toute discrimination fondée sur l’état de santé, la CGT alerte sur les nombreuses discriminations que subissent encore les salariés et les salariées atteints du VIH : discrimination à l’embauche, licenciements abusifs, manque de confidentialité et respect du secret médical, non prise en compte de l’aménagement de leurs postes et de leurs horaires de travail notamment pour le suivi des traitements médicaux, isolement…  
Malgré les campagnes d’information, les lois et la réglementation, le sujet reste encore tabou et la mauvaise appréciation de la maladie a la vie dure, au sein de l’entreprise et des collectifs de travail.
Enfin, l’aide et l’accompagnement des personnes sujettes à des addictions pouvant conduire à un relâchement de la prévention, à des prises de risques vis-à-vis des IST et du VIH ou un « décrochage » au travail, sont importants.
C’est pourquoi les services de médecine du travail doivent être renforcés et les CSE et CSSCT disposer de moyens supplémentaires pour aborder ces questions.
Agissons ensemble dans nos entreprises, services, dans la société, pour que cessent les discriminations et les comportements insupportables.
Toutes et tous ensemble, soyons positivement déterminés à faire progresser nos droits et reculer le virus de l’intolérance.

1 La prophylaxie pré-exposition, abrégé PrEP (de l'anglais pre-exposure prophylaxis) est un traitement médicamenteux qui empêche l'infection par le virus du SIDA chez des personnes n'ayant pas été contaminées.
2 Fiches 21 et 22 des repères revendicatifs de la CGT

Montreuil, le 2 décembre 2019

Télécharger le communiqué