actualité
actualité

Après de nouvelles agressions, les surveillants pénitentiaires exigent de réelles avancées

Publié le 12 mar 2019
Temps de lecture : 1 min.
Alors que deux surveillants pénitentiaires ont été agressé violemment, à Condé-sur-Sarthe, les personnels de plus de 80 établissements sont aujourd’hui en lutte afin d’exiger de réelles avancées au niveau sécuritaire, statutaire et indemnitaire.

Après la mobilisation historique de 2018, qui faisait suite aux nombreuses agressions subies par les surveillants pénitentiaires, rien n’a changé depuis dans leur quotidien. Ainsi, deux surveillants ont de nouveau été agressé violemment, à Condé-sur-Sarthe. Face à ces deux tentatives de meurtre, la ministre de la Justice ne peut continuer à ignorer le malaise d’une institution à la dérive.

La CGT Pénitentiaire souligne sa volonté d’améliorer significativement la sécurité des établissements et des personnels. Comme portées par l’entente syndicale, de réelles avancées doivent être prises tant en matière statutaire qu’indemnitaire. L’évolution du métier de surveillant pénitentiaire doit passer par l’obtention de la catégorie B, avec fusion des grades.

La CGT Pénitentiaire appelle à maintenir la pression jusqu’à la prochaine rencontre avec la ministre, qui aura lieu le jeudi 14 mars 2019.

A voir aussi

Actualité

Les douaniers aussi font leur grand débat

A l’heure des grandes « consultations citoyennes », les douaniers ont décidé de faire, en intersyndicale CGT, CFDT, Solidaire, UNSA, FO et CFTC leur grand débat sur fond de lutte.

Actualité

Les opérations « Portes (r)ouvertes » des boutiques EDF se multiplient

A la Courneuve, la CGT assure l'accueil des usagers dans la boutique qu'EDF a décidée de fermer en février 2018. Depuis cette date il n'y a plus aucune boutique d'accueil physique en France. Des…

Nos repères CGT

Les politiques publiques constituent, au niveau international, européen, national et local, un enjeu démocratique, social, économique et environnemental, un atout pour la cohésion sociale, pour une transformation sociale et écologique. Leur mise en œuvre nécessite des services publics, des établissements et entreprises publiques modernes, efficaces et gérés démocratiquement.

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.