Amiante : sommes-nous face à un nouveau scandale ?

Publié le 6 juil 2021
Temps de lecture : 2 min.
Une enquête du journal Libération fait état d’un dysfonctionnement des masques de protection utilisés par les travailleurs lors d’opération de désamiantage.

Cette situation serait connue des services du ministère du Travail depuis 2018. Mais il aura fallu attendre trois ans, jusqu’à juin 2021, pour que les agents de l’Inspection du travail soient alertés dans une note interne leur demandant de suspendre l’utilisation de ces masques compte tenu des risques pour la santé.

Cependant il apparaît que les premiers concernés par l’utilisation de ces masques, les entreprises du désamiantage et leurs salariés qui sont les plus exposés aux poussières d’amiante, n’ont pas été alertés sur les risques qu’ils encouraient alors même que la propre enquête de l’administration confirme les dysfonctionnements et les risques.

Frilosité vis-à-vis des entreprises ou mesures d’économies ? Dans tous les cas, il est urgent de protéger les travailleurs de l’amiante.

L’attitude de la Direction générale du travail, et donc du ministère du Travail, qui a tardé à informer ses agents et n’a pas informé à ce jour les entreprises et les travailleurs de l’amiante, est véritablement scandaleuse.

Nous exigeons des explications sur l’absence de mesures de prévention dès la réception de l’alerte.

Il faut rappeler que l’amiante est un cancérigène sans effet de seuil. L’inhalation de quelques fibres peut provoquer un cancer vingt ou trente ans après.

La CGT demande que le principe de précaution ne soit pas réservé qu’aux seuls agents de l’Inspection du travail, mais élargi à l’ensemble des travailleurs en contact avec l’amiante. Face à un risque mortel, nous exigeons que tous les chantiers amiante en cours et où sont utilisés les masques défectueux soient arrêtés !

A voir aussi

Actualité

Le 23 septembre, 24 heures sans aide à domicile

Sous-payées et travaillant dans des conditions difficiles, les aides à domicile feront entendre leur voix le 23 septembre dans toute la France.

Communiqués de presse

Oui à la vaccination ! Non au flicage et à la régression sociale !

Depuis plus d’un an, le monde entier est bouleversé par la pandémie de Covid19.

Communiqués de presse

Santé au travail : le patronat toujours à la recherche de nouvelles régressions

La négociation interprofessionnelle s’enlise quand bien même la santé et particulièrement la santé au travail est une préoccupation majeure pour tous les travailleurs.euses.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large, qui ne peut pas se réduire à une absence de maladie. Il est donc nécessaire d’avoir une approche globale de sa définition.