Victoire pour les agent·es du lycée Adam-de-Craponne

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 29 nov. 2023
Les agent·es du lycée ont obtenu satisfaction sur un grand nombre de leurs revendications après vingt-trois jours de grève, notamment sur les questions d’effectifs.
Imagette
Logo La CGT

Lutte victorieuse des agent·es du lycée Adam-de-Craponne

Situé à Salon-de-Provence (13), le lycée Adam-de-Craponne a connu une évolution significative de ses surfaces et du nombre d’élèves… qui ne s’est pas traduite par une évolution équivalente des effectifs.

Excédé·es face à l’impossibilité de rendre correctement le service public auquel elles et ils sont attaché·es, les agent·es régionaux·les du lycée ont décidé d’agir.

Après consultation par le syndicat CGT du conseil régional PACA, la majorité des agent·es ont voté la grève, et un préavis a été déposé à partir du 25 septembre et jusqu’à obtention des revendications :

  • création de quatre postes d’agent·es de service général (dont deux pour compenser les problèmes récurrents à la plonge sous-dimensionnée de l’établissement, et deux pour compenser l’augmentation des surfaces à entretenir) ;
  • remplacement de tous les agents absents (un poste d’électricien et un poste de chef d’équipe) ;
  • arrêt immédiat de toute ingérence de la part des personnels administratifs dans l’organisation de la plonge (les agent·es en plonge sont expert·es dans leur domaine et ont des solutions qui peuvent améliorer leur service si on les laisse s’organiser) ;
  • prise en compte effective, avec création de postes, de la présence de quatre agent·es ayant des restrictions médicales ;
  • état des emplois dans le lycée.

Une victoire aux multiples facettes

Les agent·es grévistes ont finalement repris le travail le 8 novembre dernier, après vingt-trois jours de grève… et une belle victoire, car elles et ils ont été entendu·es et ont obtenu satisfaction sur un grand nombre de leurs justes revendications :

  • l’arrivée d’un chef d’équipe avec la mise en place des emplois du temps ;
  • la reconnaissance du fait qu’elles et ils faisaient trop d’heures et la négociation pour les récupérer ;
  • l’arrivée d’un ouvrier professionnel ;
  • deux renforts jusqu’en décembre, avec la possibilité après audit de prolonger jusqu’à juillet voire jusqu’à la fin des travaux de la plonge ;
  • un plan clair pour les travaux de la plonge ;
  • le retrait de l’administration locale de leur organisation du travail ;
  • l’engagement du conseil régional à remplacer tous les agents absents ;
  • la mobilité attendue depuis des années d’une agente.

Avec le syndicat CGT à leurs côtés, les agent·es du lycée Adam-de-Craponne se sont organisé·es et ont relevé la tête fièrement. Par leur lutte, au-delà de leurs revendications, elles et ils ont recueilli le soutien des enseigant·es du lycée, des lycéen·nes et de leurs parents, de la population lors des rencontres sur le marché, et une couverture médiatique qui sort les ouvrier·es de l’anonymat.

Vigilent·es et uni·es, elles et ils restent mobilisé·es à la fois sur les situations individuelles et sur la mise en place concrète des annonces.

Sur le même thème

Actualité

Le tribunal préserve les 35 heures des agents de Marseille

Lire la suite
Actualité

Rassemblement de soutien à Philippe Pascal, inspecteur Urssaf

Lire la suite
Communiqués de presse

Communiqué de Presse de l’Union Départementale CGT 13

Lire la suite