actualité
actualité

Des propositions pour éradiquer la pauvreté

Publié le 16 oct 2018
Temps de lecture : 2 min.
À l’occasion de la journée internationale du refus de la misère, qui aura lieu mercredi 17 octobre 2018, la CGT, avec d’autres dont ATD quart-monde, sera rassemblée au Trocadéro. Une conférence de presse se tenait ce mardi 16 octobre au siège de la CGT, à Montreuil, dans le but d’exposer les propositions de la CGT afin d’« agir pour éradiquer la pauvreté ».

La CGT n’agit pas seulement le 17 octobre contre la misère et la pauvreté. Cette dernière est présente toute l’année aux côtés des populations en difficulté, engagée seule ou avec des organisations. À travers des luttes en territoire, dans les professions : pour une société solidaire et pour le progrès social.

En France, 8,8 millions de personnes, soit 14% de la population, vivait sous le seuil de pauvreté monétaire avec moins de 1 026 euros par mois en 2017. Or, les orientations budgétaires, à travers le Projet de Loi de Finance 2019, sont en contradictions avec les ambitions du gouvernement, puisqu’elles prévoient la suppression de 2 100 conseillers CAF, de 800 conseillers de pôle emploi, ainsi que de 70 000 fonctionnaires.

Seuls le droit au travail, l’accès à une éducation, une formation tout au long de la vie, un emploi de qualité bien rémunéré et l’accès aux droits de tous peuvent s’inscrire dans une lutte efficace contre les inégalités, la précarité, l’exclusion et la pauvreté et participer à une société juste et démocratique.

La CGT demeure aujourd’hui la seule organisation syndicale à organiser les chômeurs au moyen de comités de privés d’emploi et précaires, faisant fi de la théorie gouvernementale des « insiders » et « outsiders ».

Pour la CGT :

  • éradiquer la pauvreté, c’est permettre aux personnes éloignés de l’emploi de se réinsérés ;
  • éradiquer la pauvreté, c’est tenir compte qu’un tiers des personnes sous le seuil de pauvreté sont des personnes en activité ;
  • éradiquer la pauvreté, c’est revaloriser les pensions des retraités, puisque plus d’un million d’entre eux sont sous le seuil de pauvreté ;
  • éradiquer la pauvreté, c’est tenir compte qu’un étudiant sur deux est obligé de travailler pour financer ses études.

La CGT défend un projet de société visant l’intérêt des populations, favorisant un égal accès de tous aux droits fondamentaux inscrits dans constitution. Partant du principe que chacune et chacun doit avoir une place dans la société, le travail représente un des vecteurs essentiel de l’émancipation et de l’autonomie des individus.

A voir aussi

Communiqués de presse

Il y a urgence sociale !

Communiqué de presse intersyndical

Communiqués de presse

En Myanmar, des travailleur.euse.s meurent pour plus de profit

En Myanmar (ex-Birmanie), à la suite d’un accident dans une mine non déclarée, plus de 163 travailleur·euse·s ont été retrouvé·e·s mort·e·s et au moins 55 ont été bléssé·e·s (bilan provisoire).

Communiqués de presse

Presqu’un million de chômeurs en plus, fin 2020 ?

L’Unedic vient de sortir ses prévisions financières trimestrielles, dans un contexte inédit de crise de l’emploi du fait de la crise sanitaire.

Nos repères CGT

Cette politique énergétique doit tenir compte de la préservation de l’environnement et des ressources planétaires. L’énergie est un produit de première nécessité, des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers, un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.