actualité
actualité

La CGT d'Haribo c'est du costaud

Publié le 14 juin 2017
Temps de lecture : 3 min.
Haribo France compte deux usines en France, une à Uzès et une à Marseille – le siège social. Haribo qui connaît une progression phénoménale : son chiffre d'affaires a plus que doublé sur les dix dernières années en passant de 120 à 255 millions d'euros, tout en baissant ses effectifs, passant de 850 en 2006 à 719 en 2017. En 2006, 96 % des ventes du marché français étaient fabriquées par les deux usines en France, en 2016 seulement 69 % des ventes du marché français ont été produite par celles-ci...

Haribo France compte deux usines en France, une à Uzès et une à Marseille – le siège social. Haribo qui connaît une progression phénoménale : son chiffre d'affaires a plus que doublé sur les dix dernières années en passant de 120 à 255 millions d'euros, tout en baissant ses effectifs, passant de 850 en 2006 à 719 en 2017.
En 2006, 96 % des ventes du marché français étaient fabriquées par les deux usines en France, en 2016 seulement 69 % des ventes du marché français ont été produite par celles-ci.

En 2020 une nouvelle usine en Allemagne aura la capacité de produire 200 000 tonnes par an, soit quatre fois la capacité de la production française.

En février 2016, la direction d'Haribo a présenté un plan qui avait pour but de faire baisser les coûts de production, en s'attaquant à tous les accords et usages en vigueur, en délocalisant certaines productions, puis en annualisant le temps de travail avec des semaines pouvant aller de 0 à 44 heures et avec l'objectif de supprimer 110 emplois en production sur les deux prochaines années, ce qui ferait passer l'effectif à 620 d'ici 2019.

La CGT, avec 47 % de représentativité, s'est opposée à la mise en place de ce plan nommé par la direction « profil 2020 ». Pour légitimer leur plan de compétitivité, la direction a mis en place un référendum avec l'appui des syndicats FO et CGC.
Le chantage de la direction a fonctionné, les salariés ont voté favorablement le plan à 66 % et ce malgré quatre mois de mobilisation contre le plan et contre la loi « Travail », douze jours de grève, de rassemblements, de blocages et de manifestations avec une participation des salariés d'Haribo allant jusqu'à 70 % du corps ouvrier/maitrise.

C’est dans ce contexte qu’aux dernières élections professionnelles les salariés ont décidé que la CGT devait continuer à les représenter, avec de très bons scores. Voici le communiqué de la Fédération Nationale Agroalimentaire et Forestière CGT.

HARIBO
LA CGT, C’EST DU COSTAUD !
Les attaques patronales contre les droits sociaux, l’emploi, l’outil de travail se conjuguent chez Haribo à une répression syndicale féroce et à l’utilisation à plein de la loi El Khomri-Macron.
La CGT, tant à Uzès (30) qu’à Marseille (13) fait plus que résister. Elle progresse en force organisée.
C’est dans ce contexte de casse industrielle au nom de la rentabilité financière et de répression syndicale que se sont déroulées les élections professionnelles.
À Marseille, où la CGT a été fortement malmenée, notre syndicat se maintient à un haut niveau de représentation – notamment dans le premier collège. À Uzès, malgré des pressions permanentes de la direction, la CGT est créditée d’un score sans précédent en obtenant 80 % des voix avec des élus dans les 1er et 2e collèges.
Les salariés ont tranché. Cette « claque » phénoménale infligée à Haribo renforce nos syndicats. Plus que jamais, ils sont mobilisés pour la défense de leurs outils de travail et de leurs emplois. Avec les salariés, ils préparent les prochaines mobilisations pour défendre leurs revendications et contrer les mauvais coups fomentés par Macron et sa clique contre le monde du travail.
Chez Haribo, C’est ça la vie !
Montreuil,
Le 13 juin 2017

A voir aussi

Actualité

La CGT première organisation syndicale chez Bosch Rodez !

Alors que des élections avaient lieu dans l’usine Bosch de Rodez afin d’élire les représentants au CSE, la CGT ressort victorieuse du scrutin, devenant la première force syndicale de la plus grande…

Document

Quézac : la lutte qui a permis d'éviter le pire

En 2016, le groupe Nestlé Waters, propriétaire de l'usine produisant les eaux de Quézac, a voulu se séparer de l'entreprise. Suite à une lutte acharnée les salariés ont pu accueillir un repreneur…

Actualité

De l’usine Bosch de Rodez à la loi Pacte : la CGT dévoile son projet de développement humain durable

Alors que le gouvernement devrait, courant juin, présenter son projet de loi Pacte, la CGT a d'ores et déjà présenté son projet à travers 37 propositions qui permettent d’assoir la croissance et le…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.