Une issue toujours incertaine pour la Fonderie du Poitou

Imagette
Publié le 20 jan 2022
Temps de lecture : 2 min.
Sous-traitant de l’industrie automobile pour un unique client (Renault), la Fonderie du Poitou avait été placée en redressement judiciaire en avril 2021 suite à des difficultés financières.

Le délai imparti pour trouver un repreneur étant écoulé, les salariés de l’entreprise ont été informés ce 11 janvier 2022, à l’issue de la réunion d’un comité social et économique extraordinaire que l’unique potentiel repreneur se désengageait.

Un nécessaire besoin d’adaptation de l’industrie

La Fonderie du Poitou Alvance Alu produit des carters destinés aux moteurs thermiques alors que l’industrie automobile se tourne vers les moteurs hybrides et électriques.

Aussi, selon Jean-Philippe Juin, délégué CGT et porte-parole de l’intersyndicale des salariés, « il faudrait une mise sous tutelle de l’entreprise par l’état durant 2 à 3 années, le temps nécessaire pour réorienter la production et ainsi redonner de l’attractivité à l’entreprise ».

Une adaptation qui ne se fera pas seul

Cette adaptation aux nouveaux marchés en réorientant la production ne peut se faire seul, quid du soutien de l’état et de Renault ?

Le ministre de l’Economie ayant fait entendre que la nationalisation de la fonderie n’était pas à l’ordre du jour, quant à Renault qui a encore des culasses à produire jusqu’en 2025 dans cette fonderie, a déjà commencé à délocaliser une partie de sa production en Turquie. 

Qu’en est-il de cette ambition affichée par le gouvernement de relocalisation, ré-industrialisation de la France ? 

Et pour Renault, de ces millions d’aides versées par l’état pour soutenir l’industrie, et qui au final se désolidarise de ses sous-traitants et délocalise sa production ?

La CGT réclame la conditionnalité des aides versées par l’Etat. Les entreprises ne doivent plus pouvoir se gaver d’argent public et délocaliser dans le même temps.

L’heure est à la mobilisation

Afin de faire entendre leurs voix, les salariés de la Fonderie du Poitou Alvance Alu sont allés manifester aux cotés de ceux de la SAM devant le ministère des Finances de Bercy le 12 janvier 2022.

À l’occasion de ce rassemblement, au delà de l’avenir de la fonderie du Poitou, la CGT porte l’exigence du développement de l’emploi et de l’industrie dans notre pays.

A voir aussi

Actualité

Verallia: réinvestir une filière tournée vers l'avenir

Le coronavirus, une opportunité pour tailler dans les effectifs ou pour développer une industrie au service de la transition écologique ? Contrairement au patronat et au gouvernement, la CGT mise sur…

Actualité

La Direction du travail a rejeté le PSE de Ford Blanquefort

Alors que la Direccte a refusé de valider le PSE présenté par Ford à Blanquefort, la CGT estime que c'est une première bataille gagnée, mais demande que tout soit mis en œuvre pour une reprise du…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

Pour aller plus loin