actualité
actualité

Lacrymogènes contre les salariés et élus locaux

Publié le 5 oct 2017
Temps de lecture : 2 min.
A l'occasion du déplacement du chef de l'Etat à Egletons en Corrèze, les salariés de GM&S - dont l'usine a été reprise par le groupe GMD - accompagnés de nombreux élus locaux, espéraient une rencontre pour obtenir des garanties d'accompagnement des 156 licenciés du site. Ils ont été accueillis par la gendarmerie mobile et des gaz lacrymogènes...

A l'occasion du déplacement du chef de l'Etat à Egletons en Corrèze, les salariés de GM&S - dont l'usine a été reprise par le groupe GMD - accompagnés de nombreux élus locaux, espéraient une rencontre pour obtenir des garanties d'accompagnement des 156 licenciés du site.

Ils ont été accueillis par la gendarmerie mobile et des gaz lacrymogènes.

La préfecture de la Creuse a par ailleurs déclaré qu'Emmanuel Macron n'irait pas à leur rencontre, rappelant que les GM&S avaient été reçus plusieurs fois depuis le mois de juin.

Yann Augras, porte-parole CGT des GM&S a commenté ce qui s'est passé dans une interview pour FranceTVInfo/France 3 Aquitaine :




Les élus locaux restent mobilisés avec les salariés de GMD et employés licenciés de GM&S. Ainsi, au nom de la cinquantaine de maires qui accompagnaient les GM&S, Michel Vergnier, élu PS de Guéret a déclaré au journal Ouest-France : « La seule réponse brutale des forces de sécurité n'est pas acceptable », ajoutant que les maires comptaient se réunir ce vendredi à Guéret pour « trouver une réponse à ce qui s'est passé aujourd'hui ».

Réunie en Conseil national ce jour, la Fédération des travailleurs de la métallurgie-CGT a publié une motion dans laquelle elle exprime sa solidarité avec les GM&S et « condamne vivement le mépris et la brutalité du Président de la république », en demandant aux syndicats d'exprimer leur soutien aux GM&S.

Enfin, le Conseil national appelle à manifester le 13 octobre à Paris, pour l'avenir de la branche et contre les « ordonnances Macron ».

A voir aussi

Actualité

La Direction du travail a rejeté le PSE de Ford Blanquefort

Alors que la Direccte a refusé de valider le PSE présenté par Ford à Blanquefort, la CGT estime que c'est une première bataille gagnée, mais demande que tout soit mis en œuvre pour une reprise du…

Actualité

Fermeture programmée inacceptable du site Ford de Blanquefort !

Jeudi 7 juin 2018, la direction de Ford Europe a annoncé sa décision de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant le site de Blanquefort (Gironde), entraînant une fermeture…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.