actualité
actualité

Appel à une heure de grève solidaire dans la filière automobile mardi 18 juillet

Publié le 17 juil 2017
Temps de lecture : 1 min.
L'équipementier automobile GM&S, dont nous avons précédemment évoqué la situation, est en liquidation judiciaire et le Tribunal de commerce de Poitiers doit examiner, ce mercredi 19 juillet, l'unique offre de reprise, par GMD, leader français de l'emboutissage, qui prévoit de ne conserver que 120 postes sur les 277 actuels. La fédération CGT Métallurgie appelle l'ensemble de la filière automobile à une heure de grève mardi 18 juillet, pour dénoncer une "situation de désindustrialisation sans précédent" et en soutien aux salariés de GM&S, qui prévoient, pour leur part, "une action" ce même jour...

L'équipementier automobile GM&S, dont nous avons précédemment évoqué la situation, est en liquidation judiciaire et le Tribunal de commerce de Poitiers doit examiner, ce mercredi 19 juillet, l'unique offre de reprise, par GMD, leader français de l'emboutissage, qui prévoit de ne conserver que 120 postes sur les 277 actuels.
La fédération CGT Métallurgie appelle l'ensemble de la filière automobile à une heure de grève mardi 18 juillet, pour dénoncer une "situation de désindustrialisation sans précédent" et en soutien aux salariés de GM&S, qui prévoient, pour leur part, "une action" ce même jour.

Dans un communiqué, la fédération CGT pointe le symbole que représente « La lutte des salariés de GM&S [...] conséquence de la restructuration de la filière automobile (...) orchestrée ces dernières années par ses principaux acteurs avec l'aval des gouvernements successifs.» Elle dénonce par ailleurs « l'indécence sociale et l'incompatiblité industrielle » de l'offre de GMD et appelle « l'État et les constructeurs Renault et PSA à prendre la mesure de leurs responsabilités sociales.»

Le Tribunal de Commerce de Poitiers doit annoncer sa décision le 21 juillet.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.