actualité
actualité

Une pétition en ligne contre la suppression de 6 postes d'ambulanciers

Publié le 3 aoû 2017
Temps de lecture : 1 min.
La direction du CHU de Rouen a annoncé la suppression de 6 postes de conducteurs ambulanciers au service mobile d'urgence et de réanimation (Smur) dans une logique purement financière. Une pétition a été mise en ligne pour préserver ce service public indispensable. En effet, le secteur d'intervention du service couvre les deux tiers du département de la Seine-Maritime...

La direction du CHU de Rouen a annoncé la suppression de 6 postes de conducteurs ambulanciers au service mobile d'urgence et de réanimation (Smur) dans une logique purement financière.

Une pétition a été mise en ligne pour préserver ce service public indispensable. En effet, le secteur d'intervention du service couvre les deux tiers du département de la Seine-Maritime. La disparition de ce qui représente l'effectif d'une équipe de nuit entière pourrait occasionner un allongement des temps d'intervention, dont les conséquences s'avéreraient bien entendu très graves pour les patients.

À noter que la direction souhaite sous-traiter certaines missions à des entreprises privées – c'est notamment le cas pour les transferts pédiatriques. Elle fait ainsi un pas de plus vers la marchandisation de la santé humaine.

Pour soutenir les ambulanciers du CHU de Rouen, signez la pétition !

A voir aussi

Actualité

Rouvrey : obtention de 30 postes après deux mois et demi de grève de la faim

En grève depuis le 22 mars, des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray à Sotteville-les-Rouen (Seine-Maritime) réclamaient, avec leurs syndicats CGT, CFDT, CFTC et Sud, la création de 52…

Actualité

Hôpital du Rouvray : ouverture de négociations jeudi 7 juin en préfecture

Alors que les salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray sont en grève de la faim depuis plus de 15 jours afin d’exiger de meilleurs conditions de travail et un accueil digne pour leurs patients,…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.