actualité
actualité

Rouvrey : obtention de 30 postes après deux mois et demi de grève de la faim

Publié le 12 juin 2018
Temps de lecture : 2 min.
En grève depuis le 22 mars, des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray à Sotteville-les-Rouen (Seine-Maritime) réclamaient, avec leurs syndicats CGT, CFDT, CFTC et Sud, la création de 52 postes pour remédier au manque de moyens humains qui mettait littéralement en péril les patients.

La mobilisation très forte des personnels, à la hauteur de l’urgence de la situation, n’a pas permis d’ouvrir de négociations, et, le 22 mai, sept salariés se mettaient en grève de la faim face au silence de l’agence régionale de santé (ARS).

Trois d’entre eux étaient évacués par le Samu le 4 juin, en raison de leur état de faiblesse nécessitant une prise en charge immédiate.

Le 7 juin, les cheminots se joignaient aux soignants pour une manifestation et l’ARS acceptait enfin d’ouvrir de réelles négociations.

Le 8 juin, le protocole de fin de grève était adopté en assemblée générale, l’ARS ayant finalement cédé devant la détermination des grévistes : il y aura création, pérenne et budgétée, de 30 postes, le maintien du service d’addictologie, la création d’une structure de soin spécifique pour les adolescents et d’une unité dédiée aux détenus malades psychiatriques, la titularisation de contractuels.

Une victoire donc, dont peuvent être fiers les grévistes, mais qui n’a été possible que par une détermination allant jusqu’à mettre leur santé en danger.

A voir aussi

Actualité

Hôpital du Rouvray : ouverture de négociations jeudi 7 juin en préfecture

Alors que les salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray sont en grève de la faim depuis plus de 15 jours afin d’exiger de meilleurs conditions de travail et un accueil digne pour leurs patients,…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large, qui ne peut pas se réduire à une absence de maladie. Il est donc nécessaire d’avoir une approche globale de sa définition.