actualité
actualité

À Mayotte, poursuite de la grève à Total

Publié le 18 aoû 2017
Temps de lecture : 2 min.
Les syndicats CGT Mayotte et UD-FO de Total Mayotte ont déposé un préavis de grève illimitée depuis le 14 août, qui couvre l’ensemble du personnel de SMSPP (dépôt Longoni, Badamiers, et aviation). Ce mouvement de grève a entrainé des perturbations importantes sur la distribution de carburants dans l’île, obligeant la préfecture à prendre des décrets établissant une liste de véhicules prioritaires, et interdisant temporairement l’approvisionnement et le stockage de carburants dans des bidons pour des raisons de sécurité...
Les syndicats CGT Mayotte et UD-FO de Total Mayotte ont déposé un préavis de grève illimitée depuis le 14 août, qui couvre l’ensemble du personnel de SMSPP (dépôt Longoni, Badamiers, et aviation). Ce mouvement de grève a entrainé des perturbations importantes sur la distribution de carburants dans l’île, obligeant la préfecture à prendre des décrets établissant une liste de véhicules prioritaires, et interdisant temporairement l’approvisionnement et le stockage de carburants dans des bidons pour des raisons de sécurité. 30 % des effectifs seraient actuellement en grève. Une réunion organisée ce jeudi entre la direction et les syndicats a tourné court. « Nous avons rencontré un directeur qui affiche beaucoup de mépris, nous avons entre autres demandé une augmentation générale des salaires de 15% mais la direction ne nous a pas fait de propositions », a déclaré EL Anziz Amidou, porte-parole de l’intersyndicale FO-CGTMA. Le mouvement de protestation réclame :

- l’application intégrale de la convention collective ;
- négociation de la convention pétrole pour SMSPP ;
- une participation ;
- la révision des classifications pour le passage à la convention collective ;
- l’embauche immédiate de deux opérateurs polyvalents d’exploitation ;
- l’embauche immédiate de deux chauffeurs ;
- des remises sur le carburant pour le personnel ;
- la simplification des procédures des avances sur salaire et acomptes ;
- la priorité aux promotions internes ;
- l’application volontaire du Code du travail ;
- une prime de pénibilité de 500 euros par mois ;
- une prime de risque de 1 000 euros par mois ;
- un forfait pétrolier de 400 euros de jour et 500 euros de nuit ;
- le changement des coefficients tous les deux ans ;
- l’augmentation des salaires de 15 %. |left>

A voir aussi

Communiqués de presse

SANTÉ DES SALARIÉS, DE LA POPULATION ET DE L’ENVIRONNEMENT : LA MÊME URGENCE

La CGT apporte tout son soutien aux populations sinistrées et salariés affectés par l’incendie du site Seveso Lubrizol, à Rouen.

Actualité

Sous-traitance textile : le droit humain bafoué

Un travailleur des entreprises sous-traitantes des grandes marques de la mode et de la distribution est en butte à des violences au Bangladesh. Une situation que dénonce fermement la CGT.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.