actualité
actualité

Non au plan de licenciement de Profilage Réunion !

Publié le 11 déc 2017
Temps de lecture : 2 min.
La fédération métallurgie de la CGT dénonce le plan de licenciement de 40 salariés orchestré par la filiale d'ArcelorMittal qui touche en plein cœur l'une des rares usines de production industrielle qui opère encore sur le territoire de la réunion. Nous reproduisons leur communiqué du 8 décembre 2017 ci-dessous.

L’annonce brutale d’un plan de licenciement de 40 salariés de l’entreprise Profilage Réunion, filiale d’ArcelorMittal, touche en plein cœur l’une des rares usines de production industrielle qui opèrent encore sur le territoire de la Réunion.

Cette annonce faite par la direction de Profilage est inacceptable, alors que l’entreprise a bénéficié d’aides publiques et notamment du CICE. Le groupe ArcelorMittal a réalisé 3 milliards d’euros de bénéfice net sur les seuls neuf premiers mois de l’année 2017 et décide paradoxalement de supprimer 40 emplois à La Réunion, au seul motif d’une baisse du bénéfice enregistré dans cette entité.

Ce plan de suppression d’emplois se ferait aux dépens de l’atelier d’huisserie, dont les pièces sont essentielles dans la rénovation de logements sociaux. Des pièces qui devraient dès lors être importées, un non sens économique et environnemental.

Cette entreprise fait partie de la branche « distribution solution » du groupe ArcelorMittal, une branche qui ne semble pas être la priorité des dirigeants, lesquels souhaitent prioriser les activités à très haute valeur ajoutée tels les aciers pour l’automobile. Le groupe opère une stratégie purement financière, à très court terme, au détriment de la demande d’acier présente dans de nombreux secteurs.

Les salariés de Profilage sont par ailleurs parmi les premières victimes de la loi El-Khomri et des ordonnances contre le Code du travail du gouvernement Macron.

La Loi Travail, dite loi El-Khomri, et les ordonnances Macron, que la CGT a combattues et continue de combattre, marquent aujourd’hui une grave régression des droits sociaux pour tous les salariés du secteur privé : des licenciements sécurisés pour le patronat qui vont accroitre davantage le chômage et généraliser plus de précarité à la Réunion.

La fédération CGT des travailleurs de la métallurgie et la fédération CGTR Métallurgie tiennent à apporter toute leur solidarité aux salariés de Profilage Réunion en lutte pour sauver leurs emplois. Nos fédérations ont informé, quant à cette situation, les élus CGT du CCE [comité central d'entreprise] et du comité d’entreprise européen d’ArcelorMittal. Ces derniers interviendront dans l’instance européenne le 14 décembre.

Les travailleurs du secteur métallurgie et de l’automobile, ceux des autres corporations voient là l’illustration du « dialogue social » qu’entendent promouvoir le patronat et le gouvernement Macron. Ils sont donc avertis pour ce qui les attend : on licencie d’abord, on discute après !

A voir aussi

Communiqués de presse

MINE DE TUNGSTÈNE

Le permis exclusif de recherche annulé, la réouverture de la mine se pose toujours comme un enjeu industriel, social et écologique

Communiqués de presse

GENERAL ELECTRIC Un avenir à l’industrie

En 2014, Emmanuel Macron, alors Ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, favorisait le démantèlement du fleuron industriel Alstom en cédant à General Electric sa branche énergie…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.