actualité
actualité

Des frais bancaires flous pour les clients dans le rouge, ça suffit !

Publié le 17 déc 2018
Temps de lecture : 2 min.
Alors qu’il est demandé aux banques de plafonner les frais d’incidents bancaires pour les populations les plus fragiles, ces dernières qui avaient modifié leurs tarifications afin de ponctionner encore plus les clients en difficultés, restent floues. Face à cette situation, la CGT exige de légiférer afin de garantir l’accessibilité bancaire sur tout le territoire, ainsi que l’égalité de traitement quel que soit le revenu.

Après les annonces faites le 10 décembre, le Président de la République a reçu les acteurs du secteur bancaire pour leur demander de s’engager de manière concrète, notamment sur le plafonnement des frais d’incidents bancaires, à 25 euros par mois pour les populations les plus fragiles. En réponse, la fédération des banques françaises (FBF) est restée très floue, répondant que « ce niveau global de plafonnement sera fixé librement par chaque banque, en fonction notamment de ses propres coûts ».

Or, la CGT, l’UNAF (union nationale des associations familiales) et l’INC (institut nationale de la consommation) travaillent depuis 2017 à cette question des frais pour incidents bancaires, qui rapportent aux banques selon l’INC 6,5 milliards annuels (plus que les recettes de l’ISF : 5 milliards en 2016). En l’espèce, un article paru dans le magazine « 60 millions de consommateurs » démontrait que certaines enseignes avaient modifié leurs tarifications afin de ponctionner encore plus les clients en difficulté financière.

Ainsi, la CGT banques et assurances, la CGT Banque de France et l’association de consommateur INDECOSA appellent l’ensemble du mouvement syndical et du mouvement associatif à se rassembler. Il faut porter haut et fort ces exigences en matière de transparence et de plafonnement des frais bancaires pour l’ensemble de la clientèle. Le temps est venu de rééquilibrer la relation banques/clients par la voie législative et non plus sous la forme « d’engagements professionnels ». Le droit fondamental à l’accessibilité bancaire sur tout le territoire, l’égalité de traitement quel que soit le revenu, la gratuité des prestations indispensables à la vie quotidienne, la gratuité des moyens de paiement, sont des réponses aux besoins de toute la population.

Depuis le 17 novembre, notre pays est traversé par un mouvement de colère sociale, dont les revendications rejoignent celles portées par la CGT depuis de longs mois.

A voir aussi

Document

Assurance chômage : amplifions la mobilisation !

Dans le contexte actuel, plus que jamais, l'action est à l'ordre du jour. Denis Gravouil, dirigeant de la CGT, nous fait le point sur la négociation assurance chômage en ce début d'année 2019. Dans…

Document

Prélèvement à la source : en janvier 2019, le début du grand foutoir ?

Alors que le prélèvement à la source devient effectif en janvier 2019, la CGT Finances publiques réaffirme son opposition au projet. En l’espèce, cette dernière craint qu’à terme, le prélèvement à la…

Document

SMIC : le coup de gueule de la CGT

Suite à la réunion de la commission nationale sur le SMIC, le Ministère du Travail a annoncé une augmentation de 1,5% du SMIC, soit 20 euros brut d'augmentation dès le 1er janvier 2019, un chiffre…

Nos repères CGT

Cette politique énergétique doit tenir compte de la préservation de l’environnement et des ressources planétaires. L’énergie est un produit de première nécessité, des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers, un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.