actualité
actualité

Soutien international à la grève et aux mobilisations du 5 décembre en France 

Publié le 5 déc 2019
Temps de lecture : 2 min.
La CGT a reçu de très nombreuses de lettres de soutien au 5 décembre. La quantité et la qualité des messages reçus témoignent d’un internationalisme syndical extrêmement attentif à la situation sociale dans notre pays. Un niveau encore jamais atteint !

Ainsi, Irakli Petrashvili, président de l’organisation continentale européenne de la Confédération syndicale internationale (le PERC) écrit : « Partout en Europe et plus globalement dans le monde, nous regardons avec attention votre combat et adhérons à votre lutte contre les projets injustes du gouvernement en matière de retraites. »

Il ajoute : « Nous sommes inquiets devant le recul de la démocratie sociale en France, constaté notamment en mars dernier par Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme de l'ONU, lorsqu'elle pointait l'usage excessif de la violence par les forces de l'ordre dans la répression des mouvements sociaux. »

La CGTP-IN nous affirme sa solidarité « avec la lutte à partir du 5 décembre en France, grève massive et reconductible ».

Solidarité que nous communiquent également de très nombreuses organisations syndicales européennes, du DGB (Allemagne), à l’OPZZ (Pologne), en passant par les CCOO et la UGT (Espagne), la CGIL (Italie), CMKOS (République tchèque) ou Cartel Alfa (Roumanie). La FGTB de Belgique nous rappelle quant à elle qu’en Belgique, « grâce à une mobilisation citoyenne et syndicale, le gouvernement néo-libéral a fait marche arrière ! ».

Deux organisations syndicales russes nous ont également adressé des lettres de soutien. La FNPR, forte de près de 20 millions de membres écrit : « Une fois de plus nous voyons comment des gouvernements, aveuglés par l’idéologie néo-libérale, plongent leurs pays dans une impasse. En tant qu’organisations de travailleurs, notre devoir est de nous dresser sur leur route. »

La KTR, qui compte plus de deux millions d’adhérents écrit de son côté : « Nous sommes convaincus que grâce à votre courage et votre capacité d’agir collectivement, vous saurez défendre vos droits et ferez plier le gouvernement. »

La CGT du Burkina prévient de son côté : « Si Macron, en serviteur zélé de la bourgeoisie, et son camp espèrent une faible mobilisation pour pouvoir maintenir le cap de leurs réformes antisociales, les militants de la CGT-B en particulier, les travailleurs burkinabé en général espèrent que cette date connaitra une très forte mobilisation des travailleurs français et des autres couches populaires. »

L’UGTT de Tunisie nous communique : « Une fois encore, nous partageons votre analyse quant à l’effet désastreux de cette réforme sur les travailleurs et sur leurs droits sociaux. À cet égard, je tiens à vous faire part du soutien inconditionnel de l’UGTT à votre grève. »

D’Afrique, de nombreuses autres voix nous parviennent en soutien, notamment celles de la CSTM du Mali, de la CGTM de Mauritanie ou de la CDTN du Niger.

A voir aussi

Actualité

La révolte gronde aux quatre coins du monde

Argentine,Chili, Algérie, Liban, Hong-Kong, Soudan, Catalogne, Équateur… une flambée de révoltes populaires, sans précédent depuis un demi-siècle, frappe les quatre coins du monde depuis plusieurs…

Communiqués de presse

POUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX DU 21 SEPTEMBRE 2019 (COMMUNIQUÉ COMMUN CGT ET MOUVEMENT DE LA PAIX)

La CGT et le Mouvement de la paix s’inscrivent dans la réussite des différentes et multiples initiatives organisées partout en France à l’occasion de la Journée internationale de la Paix, le 21…

Communiqués de presse

STOP CETA La mobilisation s’amplifie contre le Ceta

Alors que l’Assemblée nationale doit se prononcer, le 17 juillet, sur le projet de loi de ratification du Ceta (accord commercial Union européenne / Canada), le collectif Stop Ceta appelle à…

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.