actualité
actualité

Quels sont les salaires minimum dans l'Union européenne ?

Publié le 30 mar 2017
Temps de lecture : 2 min.
Selon Eurostat (la direction générale de la Commission européenne chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire), au 1er janvier 2017, 22 États sur les 28 qui composent l’Union européenne ont un salaire minimum. Les six pays qui n’en disposent toujours pas à l’heure actuelle sont le Danemark, l’Italie, Chypre, l’Autriche, la Finlande et la Suède.

L’écart entre le plus faible et le plus élevé est de 1 à 9. Cependant, lorsqu’on le ramène en parité de pouvoir d’achat (PPA, c’est-à-dire compte tenu des prix relatifs ou pouvoir d’achat réel, autrement dit ce qu’on peut réellement acheter avec un euro), il n’est plus que de 1 à 3 (501 PPA pour la Bulgarie et 1 659 PPA pour le Luxembourg).
Il est utile de comparer le salaire minimum avec le salaire médian, c’est-à-dire le salaire qui se situe au milieu de l’échelle des salaires, la moitié des salariés gagnant moins et la moitié plus de ce niveau médian.

 

Le salaire minimum est supérieur à 60 % du salaire médian dans trois pays : le Portugal (64 %), la France (62 %), la Slovénie (62 %). Il est inférieur à 50 % du salaire médian dans sept pays : la République tchèque (39 %), l’Estonie (40 %), l’Irlande (45 %), l’Espagne (45 %), la Slovaquie (46 %), Malte (48 %), et le Royaume-Uni (49 %). Enfin Eurostat note que le salaire minimum a baissé en Grèce de 14 % entre 2008 et 2017 alors qu’il a augmenté dans tous les autres pays.

Tiré de La Lettre économique CGT n° 22, mars 2017

A voir aussi

Actualité

Avec la solidarité internationale, les travailleurs de Flormar font plier Yves Rocher

Après avoir lutté courageusement près de 300 jours pour défendre leurs droits et leur dignité, les travailleurs de Flormar, la filiale turque d’Yves Rocher, ont conclu un accord avec l’entreprise.

Nos repères CGT

Le droit à paix et à la sécurité de tout être humain et des populations doit constituer une obligation fondamentale des États et des institutions internationales.

La CGT propose l'égalité de traitement entre salariés et l'application du droit du travail français pour tous les salariés qui travaillent en France