En France, les syndicats du monde entier aux côtés de la CGT

Temps de lecture : 3 min.
Publié le 1 mai. 2023
En tête de cortège ce lundi 1er mai, de nombreux syndicalistes du monde entier étaient déjà présents à Montreuil la semaine dernière pour une conférence de l’IndustriALL Global Union.
Imagette
Photo des internationaux 1er Mai 2023 ©Allawa

Conférence de l’IndustriALL Global Union à Montreuil

Le regard combatif, Gautam Mody répond du tac au tac.

“Pour nous, c’est une évidence d’être là le premier mai, lance le syndicaliste venu de New Delhi. Nous travaillons depuis des années avec la CGT à construire la solidarité internationale. C’est dans ces moments qu’elle prend tout son sens”.

Gautam Mody
Gautam Mody, Secrétaire général de la New Trade Union Initiative of India

“En Inde, comme pour de nombreux camarades dans d’autres pays, nous faisons face à un parti populiste, nationaliste, qui attaque directement les droits des travailleurs, pointe de son côté Gautam Mody. Il faut le prendre comme une offensive internationale plutôt que des actions isolées."

Secrétaire général de la New Trade Union Initiative of India, l’un des plus importants syndicats du pays, l’homme faisait partie des nombreux responsables syndicaux internationaux présents à Paris pour manifester aujourd’hui contre la réforme du retraite.

En fin de semaine dernière, il était, avec plusieurs dizaines d’autres syndicalistes, dans les locaux de la CGT pour une réunion de travail de l’IndustriALL Global Union, une fédération internationale de syndicats représentant plus de 50 millions de travailleurs dans plus de 140 pays.

Les syndicats internationaux aux côtés de la CGT

“Le premier mai en France est, depuis plus de cent ans, un moment extrêmement important pour rendre visibles les combats des travailleurs, pointe de son côté Maicon Michel Vasconcelos da Silva. C’est une prise de position forte, mais aussi une inspiration”.

Maicon Michel Vasconcelos da Silva
Maicon Michel Vasconcelos da Silva, conférence nationale des métallurgies de la Centrale Unique des Travailleurs (CUT)

Venu du Brésil, lui aussi présent pour la manifestation du premier mai, le syndicaliste appartient à la conférence nationale des métallurgies de la Centrale Unique des Travailleurs (CUT), lui aussi présent à Paris pour le premier mai.

Il fait le pont entre ce qui se passe en France et ce qui s’est passé au Brésil entre 2019 et 2023 : “une attaque frontale du capitale contre les droits des travailleurs”.

Une riposte internationale contre le capitalisme global

C’est là tout le sens de l’IndustriALL global Union, créé en 2012 pour construire cette riposte collective.

“L’internationalisme est un des fondements du combat des travailleurs, analyse Hywon Chong, de l’Union Coréenne des travailleurs de la métallurgie. La mondialisation et l’augmentation permanente du pouvoir des multinationales fait que ce combat est toujours plus d'actualité. Améliorer nos conditions de travail, quand on dépend d’une entreprise qui existe dans des dizaines de pays, semble beaucoup plus difficile. Mais cela veut aussi dire que notre pouvoir d’action sera décuplé si nous arrivons à construire des stratégies de luttes transnationales”.

Hywon Chong
Hywon Chong, de l’Union Coréenne des travailleurs de la métallurgie (Corée du Sud)

Une stratégie que résume Juan Blanco, de la Confédération Syndicale des Commissions Ouvrières, en Espagne.

Juan Blanco
Juan Blanco, de la Confédération Syndicale des Commissions Ouvrières, Espagne.

“Les gouvernements construisent des politiques similaires dans différents pays, et les entreprises sont de plus en plus internationales et mondialisées. Il faut, pour agir à tous les niveaux de la chaîne de production et améliorer nos conditions de travail, des stratégies intersyndicales et internationales”.

Sur le même thème

Actualité

Meeting pour la paix

Lire la suite
Actualité

L'engagement de la CGT pour la paix

Lire la suite
Document

Esther Lynch de la CES apporte son soutien au combat de la CGT contre la réforme des retraites

Lire la suite