Journée mondiale du refus de la misère : la CGT mobilisée

Temps de lecture : 3 min.
Publié le 17 oct. 2023
Ce 17 octobre, lors de la journée mondiale du refus de la misère, la CGT est mobilisée aux côtés d'ATD quart monde et du collectif refuser la misère pour rappeler que le combat contre la pauvreté nous concerne toutes et tous. Il est plus que jamais urgent de rendre possible le travail décent pour tou·tes !
Imagette
Journée mondiale refus de la misère

Un seul mot d'ordre : il faut rendre le travail décent

Cette journée mondiale du refus de la misère a été conçue pour donner la parole aux personnes directement concernées par la pauvreté et qui vivent au quotidien dans des conditions indignes.

L’emploi ne protège plus de la pauvreté et de l’exclusion.

En France, près de 8 millions de personnes, soit un quart des actifs, sont fragilisées face à l’emploi selon l’Observatoire des inégalités.

Les jeunes, les personnes privées d’emploi, les familles monoparentales, les travailleurs pauvres et migrants, les retraités, le monde rural sont les premiers et les plus vulnérables dans ce contexte de crise du pouvoir d'achat.

Les prix alimentaires ont progressé de plus de 21% en 2 ans, un Français sur trois déclare ne pas pouvoir manger 3 repas par jour et les salaires ne suivent toujours pas. Résultat : une baisse de -0,8% du pouvoir d’achat des ménages aux 2 premiers trimestres 2023. 

Seuls le droit au travail, l’accès à une éducation, une formation tout au long de la vie, un emploi de qualité bien rémunéré et l’accès aux droits de tous peuvent s’inscrire dans une lutte efficace contre les inégalités, la précarité, l’exclusion et la pauvreté et participer à une société juste et démocratique.

La pauvreté n’est pas une malédiction, c’est le fruit de choix politique.

Le gouvernement a baissé les APL, refuse toute politique de logement, social en particulier.
Comme la montrer la conférence social sur les salaires, il refuse d’augmenter le SMIC, d’aller vers l’égalité femme homme immédiatement. Ses coups de boutoir successifs contre l’assurance chômage, contre les allocataires du RSA à travers le projet désastreux France Travail sont autant de choix qui dégradent les conditions de vie et alimentent la misère. 

Pour la CGT, éradiquer la pauvreté c'est :

  • permettre aux personnes éloignées de l’emploi de se réinsérer ;
  • tenir compte qu’un tiers des personnes sous le seuil de pauvreté sont des personnes en activité ;
  • revaloriser les pensions des retraités, puisque plus d’un million d’entre eux sont sous le seuil de pauvreté ;
  • tenir compte qu’un étudiant sur deux est obligé de travailler pour financer ses études.

Face à 40 ans de politiques publiques inefficaces pour endiguer le chômage de longue durée et la précarisation du travail, il est nécessaire d'avoir un travail justement rémunéré qui représente un des vecteurs essentiels de l’émancipation et de l’autonomie des individus.

Les projets menés par les organisations rassemblées au sein du collectif refuser la misère dont la CGT fait partie, montrent que des pistes existent pour garantir un emploi décent à toute personne qui souhaite travailler, quel que soit son parcours de vie. 

Lors de cette Journée mondiale du refus de la misère, associations et organisations veulent faire entendre les voix des personnes privées d’emploi décent et les actions qu’elles mènent quotidiennement pour que leur dignité soit reconnue.

Sur le même thème

Actualité

L'engagement de la CGT pour la paix

Lire la suite
Actualité

Les syndicats ukrainiens reçus par leurs homologues français

Lire la suite
Actualité

Halte aux accidents du travail et à l’hécatombe dans le BTP

Lire la suite