Après la Covid, la guerre révèle l’interdépendance des États

Temps de lecture : 4 min.
Publié le 28 Mar. 2022
La Russie et l'Ukraine font partie des chaînes d'approvisionnement internationales des entreprises, la guerre risque de contribuer à des pénuries qui affecteront la production industrielle et agricole. Après le Covid, le conflit met en lumière l’interdépendance des États pour les matières premières.
Imagette
écologie industrie

Depuis que la Russie a lancé l’invasion de l’Ukraine, le 24 février, la guerre succède à la pandémie de Covid et aggrave ses conséquences sur le plan économique et social.

Du fait de l’interdépendance entre la Russie et l’Union européenne (UE), certains pays de l’UE sont affectés par les retombées du conflit sur le prix de l’énergie et des matières premières industrielles et agricoles.

En Europe comme dans le reste du monde, « la guerre a magnifié les problèmes existants, notamment la crise énergétique », relève Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la Fédération nationale mines-énergie de la CGT.

L’approvisionnement en énergie et en matières premières sont à risque. 


La Russie fait partie des trois premiers pays producteurs et exportateurs de pétrole. Elle dispose de 20 % des réserves mondiales de gaz, dont elle est le premier pays producteur et exportateur mondial, ainsi que d’importantes réserves de charbon. Elle compte parmi les premiers producteurs de métaux industriels indispensables pour l’industrie : le nickel pour les batteries électriques, le palladium ou l’aluminium pour l’aéronautique et l’automobile. La Russie abrite aussi 8 % des réserves mondiales d’uranium.

L’approvisionnement en blé inquiète


C’est aussi le premier producteur mondial de blé, l’Ukraine le quatrième exportateur mondial de maïs, en passe de devenir le troisième exportateur de blé. Depuis le début de l’offensive russe, les cours de ces céréales ont flambé.

Et comme le gaz naturel produit en Russie sert à produire les engrais, la hausse des prix du gaz fait augmenter le coût de production des produits agricoles et donc le prix des aliments de base.

Le conflit fragilise déjà les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord très dépendants pour le blé : l’Algérie, l’Égypte, le Liban, la Syrie ou le Yémen craignent des pénuries si la guerre se poursuit, et sous l’effet des sanctions contre le régime du Kremlin. Dans ces pays confrontés à des crises structurelles, et pour certains à des guerres, la hausse du prix du pain et la pénurie pourraient engendrer un regain de tensions.

La crise de l’énergie n’est pas conjoncturelle

Structurelle, la crise l’est aussi dans le secteur de l’énergie « au cœur de tous les enjeux économiques et sociaux », insiste M. Claire Cailletaud.

Les pays de l'UE importent de Russie 40 % de leur approvisionnement en gaz et 27 % de leur approvisionnement en pétrole.

« Avant la guerre, la hausse de l’énergie n’était pas conjoncturelle mais structurelle : on la devait à la reprise industrielle post-Covid, au mix énergétique qui est soumis aux aléas climatiques, au prix du CO2 et enfin, au prix du gaz en forte augmentation avant même les sanctions contre la Russie », reprend M.C Cailletaud. 

Pour les ménages français, la facture énergétique est salée.

L’épargne accumulée pendant la crise du Covid par les 25% les moins riches du pays a été mangée par la crise énergétique.

S’approvisionner en gaz naturel liquéfié made in USA, comme nous le propose Joe Biden ? Issu du gaz de schiste et dont les volumes ne seront pas suffisants… « Il faudra du temps pour remplacer les approvisionnements en gaz et en pétrole russes, nous n’avons pas assez d’usines de regazéification en Europe et elles ne se construisent pas en un claquements de doigts », note M.C Cailletaud.

Cette guerre met encore plus en évidence les problèmes de souveraineté et d’interdépendance.

La CGT milite depuis toujours pour la paix entre les peuples, les conséquences des guerres étant toujours payées par eux.

En France, devant le risque d’insécurité énergétique, le syndicat propose un retour au service public avec des entreprises publiques sous contrôle démocratique, forme la plus efficace pour gérer des biens de première nécessité difficilement gérable par le marché. 

La CGT défend la création d’un pôle public composé de deux Epic, l’un pour l’électricité, l’autre pour le gaz. Réunissant tous les acteurs de la filière gaz et électricité : producteurs, distributeurs, transporteurs, avec un statut de haut niveau pour tous les salariés, y compris chez les sous-traitants. 

Sur le même thème