14-19 juin 2021 : Forum syndical international des transitions écologiques et sociales

Imagette
Publié le 4 juin 2021
Temps de lecture : 2 min.
L’urgence sociale et environnementale, à l’image de la dégradation dramatique des conditions de travail et de vie d’une majorité de la population depuis le début de la pandémie, conduit un nombre croissant d’organisations – du syndicat d’entreprise aux fédérations professionnelles, aux organisations locales, régionales, internationales – avec d’autres acteurs du mouvement social, à développer diverses stratégies pour y répondre.

Ce forum, co-construit depuis plusieurs mois avec des organisations de tous les continents, sera l’occasion d’un partage basé sur les expériences, les propositions et les luttes, des syndicats et de leurs allié·es. Les thèmes abordés se concentreront principalement sur trois champs : la transformation du système énergétique, les transitions sectorielles et les stratégies de construction du rapport de force.

Chaque atelier thématique est le résultat d’un travail préparatoire que nous souhaitons porter au débat. Des textes de synthèse de nos réflexions collectives seront mis à disposition des participant·es en amont du forum.

Le forum s’organisera autour de sessions quotidiennes du 14 au 19 juin, combinant un temps de présentation et un temps d’échange. Il est ouvert aux syndicalistes et toutes celles et ceux désireux d’avancer sur le chemin des nécessaires alternatives sociales et environnementales.

Il se conclura le samedi 19 juin de 14 h 00 à 17 h 00 par une assemblée plénière où sera présenté un appel unitaire en perpective de la COP 26 de Glasgow et adressé à l’ensemble des forces sociales engagées dans la construction d’une transformation écologique et sociale.

Inscription au Forum

Inter organisations

Séance plénière inaugurale

Lundi 14 juin de 12 h 15 à 13 h 00

Avec la participation de Philippe Martinez, CGT (France) - Bazie Bassolme, CGT-B (Burkina-Faso) - Alana Dave, ITF (Monde) - Denis Bolduc, FTQ (Canada) - Dong-Gyu Yang, KCTU (Corée du Sud) - Ludovic Voet, CES (Europe) - Mariano Sanz, CC.OO (Espagne).

Programme de la semaine

Lundi 14 juin de 13 h 00 à 15 h 00

Atelier : Santé

La dégradation de l’environnement a induit une multiplication des pandémies (dites zoonoses) et de maladies liées à la dégradation de l’environnement. La Covid-19 et ses dégâts humains et sociaux témoignent de l’urgence à (re)construire un appareil sanitaire et pharmaceutique à la hauteur des enjeux. Quelles sont les propositions et stratégies des organisations de travailleurs de la santé, en première ligne face à ces désastres humains, pour y répondre ?

Avec :CC.OO (Espagne), CDT-C (Congo), CDT-M (Maroc), CGT Santé (France), CSA (Sénégal), FESACI-CG (Côte d’Ivoire), FeSP UGT (Espagne), FMTS (Monde), KCTU-KPTU (Corée du Sud), KTR (Russie), PSI (Monde), Sud Santé Sociaux (France), Unifor (Canada).

Atelier : Multinationales

Aujourd’hui se multiplient les initiatives pour s’attaquer à la crise climatique, réduire les pollutions, combattre les inégalités au travail, garantir les droits des salariés, stimuler une activité économique équitable. Mais elles se heurtent aux intérêts des géants de l’énergie, du commerce, de l’automobile ou des services urbains. Derrière la multiplication des activités de production qui nuisent à la fois à l’environnement, aux travailleurs et aux populations se tiennent des multinationales. Quelles actions syndicales pour renforcer la solidarité et la coopération face aux multinationales ?

Avec : CDT-C (Congo), CSA (Sénégal), CSP Conlutas (Brésil), KTR (Russie), ReAct (France), SEIU (États-Unis), SHERPA (Monde), Solidaires (France), Sud&nbp;Amazon (France).

Lundi 14 juin de 15 h 30 à 17 h 30

Atelier : Territoires en transition

Les territoires et les travailleurs qui les font vivre, de par leur connaissance des besoins locaux et leur interrelation avec une série d’activités essentielles, ont un rôle clé à jouer dans la transition écologique. En partant de l’expérience du syndicat canadien du secteur postal, ce groupe de travail ouvrira la réflexion sur les stratégies au sein du mouvement syndical pour y contribuer.

Avec : CC.OO (Espagne), CDT-C (Congo), CGT FAPT (France), CGT-SP Territoriaux (France), CIG (Galice-Espagne), CSA (Sénégal), CUP-W (Canada) , FTQ (Québec), PSI (Monde), SUD-PTT (France), UGT (Espagne), UMT (Maroc).

Atelier : Construction et urbanisme

Mener les travaux de rénovation thermique et construire des logements de qualité, qui présentent l’intérêt de mobiliser des emplois et des compétences non délocalisables, renforcer la maîtrise collective de l’urbanisation, réduire l’artificialisation des sols, lutter contre la précarité par le droit au logement. Comment ces combats sont-ils menés par le mouvement syndical et les collectifs d’habitants engagés et quels enjeux en perspective de la COP 26 ?

Avec : Alliance citoyenne (France), AMCU (Afrique du Sud), CC.OO (Espagne), CGIL (Italie), CGT-B (Burkina Faso), CGT Construction (France), CSC-ASV (Belgique) , FETBB (Europe), FICA-UGT (Espagne), FTQ Construction (Québec), UIL (Italie), UNIA Genève (Suisse), UNTM (Mali).

Mardi 15 juin de 13 h 00 à15 h 00

Atelier : Réorientation et diversification industrielle

Les capacités industrielles, en particulier dans certaines branches, sont pour une partie non négligeable d’entre-elles tournées vers une production qui ne correspond pas aux besoins d’une transition écologique et socialement juste. Une question cruciale devient dès lors comment organiser une réorientation industrielle, non seulement en adéquation avec des besoins démocratiquement définis, mais aussi en s’appuyant sur l’expertise et le savoir-faire des salariés issus de ces industries. En partant de l’expérience de syndicats du groupe Thalès, travaillant à la réorientation de l’infrastructure dédiée à sa branche militaire vers sa branche médicale, ce groupe se penchera sur les stratégies syndicales visant à une maîtrise publique des reconversions industrielles sous contrôle des salariés et des citoyens.

Avec : AIMTA (Canada), CC.OO (Espagne), CGT Thalès (France), Ex Lucas (Royaume-Uni), FGTB Métallos (Belgique), FICA-UGT (Espagne), KMWU-KCTU (Corée du Sud), PCS (Royaume-Uni), Taller Ecologista (Argentine)

Atelier : L’environnement dans l’activité syndicale quotidienne

Si de nombreuses campagnes et plans développés par des organisations pointent tout le potentiel de créations d’emplois et d’améliorations des conditions vies d’une transition juste et solidaire, l’écho obtenu par ces mots d’ordre dans les entreprises est lui plus mitigé. Comment concilier l’activité syndicale quotidienne avec les questions portant sur l’environnement ? Quels leviers extérieurs à l’entreprise peuvent être mobilisés ? Ces questions sont-elles condamnées à se limiter à un « supplément d’action », au-delà du travail syndical à proprement parler, ou sont-elles au contraire, directement intégrables à ce travail ?

Avec : CC.OO (Espagne), CEPAG (Belgique), CGIL (Italie), CSA (Sénégal), CUPE (Canada), ECTUN (Europe), FederConsumatori (Italie), INDECOSA–CGT (France), LO (Suède), Solidaires (France), UGICT-CGT (France), UGT CEC (Espagne), UIL (Italie)

Mardi 15 juin de 15 h 30 à17 h 30

Atelier : L’eau

Entre les modifications du grand cycle de l’eau sous l’effet du changement climatique, les problèmes de pollution des milieux aquatiques, les privatisations orchestrées par les multinationales du secteur « petit cycle de l’eau » (eau potable et traitement des eaux usés) et la surutilisation des ressources hydriques à des fins industrielles ou agricoles, près de 40 % de la population mondiale est en situation de « stress hydrique ». Il est vital pour nos sociétés d’assurer une pérennité et un droit à l’accès en eau. En partant des luttes de syndicats et de collectifs d’habitants, premières victimes de la situation, ce groupe de travail se propose de faire le point sur les combats en cours et la nécessité de construire des réponses adaptées à une amélioration de la qualité et des différents usages de l’eau.

Avec : CC.OO (Espagne), CGT-SP (France), Council of Canadians (Canada), CSA (Sénégal), EPSU (Europe), EYDAP (Grèce), EYATH Union (Grèce), INDECOSA-CGT (France), Plataformas de acuerdos pùblicos de las Americas (Bolivie), Pravo Na Vodu (Serbie), SFCP (Canada), STAL (Portugal), UGT-CEC (Espagne), Ver.di (Allemagne).

Atelier : Industrie

Les dirigeants des grands groupes localisent les productions aux endroits les plus rentables, c’est-à-dire ceux où ils peuvent le mieux exploiter les travailleurs. Cette décomposition du processus de production sur la planète conduit non seulement à de graves conséquences sociales mais également à des dégâts environnementaux et à l’augmentation des émissions de GES puisqu’il faut ensuite rapatrier les produits aux endroits nécessaires à la réponse aux besoins. Pour reconstruire un modèle de développement durable, il est nécessaire de définir des filières industrielles à maitriser au niveau des pays ou des continents, avec une économie plus circulaire et une production d’objets durables, réparables. Cette transformation du système productif doit être bénéfique pour tous les peuples et toutes et tous, avec un développement qui ne se fait pas au détriment des uns pour les autres, mais grâce à la coopération. L’exemple de la revendication de la mise dans le domaine public des brevets des vaccins est un exemple.

Avec : AIMTA (Canada), CC.OO (Espagne), CGT (France), DISK (Turquie), FICA-UGT (Espagne), FTQ (Québec), KMWU-KCTU (Corée du Sud).

Mercredi 16 juin de 13 h 00 à 16 h 00

Atelier : Vers un avenir public de l’énergie

Cette session partagera les conclusions du rapport intermédiaire élaboré par le groupe de pilotage syndical pour un avenir énergétique public. Le rapport final du groupe de travail sera achevé avant la COP 26 à Glasgow. Les syndicats participant au groupe de travail présenteront les principales conclusions du rapport intérimaire, qui consiste en une analyse de l’approche néolibérale de la transition énergétique ; les raisons - techniques, sociales, écologiques et financières - pour lesquelles une propriété publique globale est essentielle dans le cadre de l’effort plus large de décarbonation, et il attirera l’attention sur certaines des questions et débats critiques qui doivent avoir lieu en ce qui concerne la planification de la transition énergétique, les technologies, les questions sociales et écologiques, et la façon dont la propriété publique permettrait une nouvelle approche des options énergétiques.

L’approche néolibérale de la lutte contre le changement climatique et son cadre de politique énergétique poussé par la Commission européenne, la Banque mondiale et le FMI est en train d’échouer. Cette approche de la décarbonation, dirigée par les entreprises, repose sur la marchandisation de l’énergie, la privatisation des systèmes, infrastructures et ressources énergétiques publics et les subventions aux entreprises. Cette approche alimente encore plus d’inégalités, l’exclusion des travailleurs et des consommateurs et laisse des millions de personnes en situation de précarité énergétique ou sans aucun accès à l’énergie.

En tant que syndicats, nous voyons la nécessité de développer une alternative basée sur l’énergie en tant que bien public, fournie comme un service public, avec un contrôle démocratique du secteur. Cette alternative met un frein à l’agenda de la décarbonation uniquement motivée par le profit et permet au contraire de donner la priorité aux travailleurs, aux communautés et aux besoins écologiques tout en assurant une décarbonation socialement juste pour l’ensemble de l’économie dans le temps limité qui nous reste.

Avec : CGSP-ACOD (Belgique), CIG (Espagne), CUPE (Canada), EPSU (Belgique), ETF (Europe), FNME-CGT (France), FNV (Pays-Bas), FTQ (Canada), General Federation of PPC (Grèce), ITF (Monde), PCS (Royaume-Uni) , PSI (Monde), PSI Africa (Afrique du sud) , PSI Asia Pacific (Asie), RLS Brussels (Europe), STUC (Royaume-Uni), TUED-NY (États-Unis), UGT-T (Tunisie), Unison (Royaume-Uni), Unite the Union (Royaume-Uni) University of Glasgow (Écosse), VTHC (Australie).


 

Mercredi 16 juin de 15 h 30 à 17 h 30

Atelier : Extractivisme et ressources naturelles

Les ressources naturelles et matières premières, indispensables au fonctionnement des industries et du secteur énergétique, sont très souvent extraites dans des conditions de travail indignes, et avec des conséquences environnementales désastreuses. Aux dernières COP, de nombreux acteurs issus des États du Sud soulignaient l’importance de prendre en compte l’échange inégal au sein du commerce de matières premières pour proposer des réponses crédibles aux objectifs de réduction des émissions de GES. Quelles stratégies syndicales des organisations minières pour associer développement local, justice sociale et préservation de l’environnement ? Comment construire une réponse globale associant les organisations de travailleurs impliquées en amont et en aval de ces chaînes d’approvisionnement ?

Avec : CC.OO (Espagne), CGT-B (Burkina Faso), CDT-C (Congo), CDT-M (Maroc), CIG (Espagne-Galice), CRAAD-OI (Madagascar), CSA (Sénégal), FMTS (Monde), KPVU (Ukraine), Métallos FTQ (Québec), Plataforma Latinoamericana y Caribeña por la Justicia Climática – Accion Ecologica (Équateur), SYNATRAMIN-USTN (Niger), Union pour l’écologie (Turquie)

Jeudi 17 juin de 13 h 00 à 16 h 00

Atelier : Transport

Le secteur des transports représente aujourd’hui près de 40 % des émissions totales de GES dans le monde. Pour parvenir à atteindre la neutralité climatique, la transformation des modes de transport (urbain et non urbain) est fondamentale. Quelles propositions syndicales pour aller vers un système de transport (rail, aérien, routier, marin) écologiquement soutenable sans opposer entre eux les travailleurs des différents secteurs de transport ?

Avec : AIMTA (Québec), ATGWU (Ouganda), CC.OO (Espagne), CGT Cheminots (France) , CGT Marins (France), CGT Transport (France), CSA (Sénégal), FESACI-CG (Côte d’Ivoire), FESMC-UGT (Espagne), ITF (Monde), KCTU-KPTU (Corée du Sud) , KPVU (Ukraine), RMTU (Nouvelle-Zélande), SCFP (Canada), SEPB (Québec) , TUTD (Grèce), UNTM (Mali).

Atelier : Agriculture

Face à une agriculture libéralisée, de plus en plus spécialisée, consommatrice de ressources en énergie et en eau, destructrice d’emplois, participant à l’érosion de la biodiversité, de la qualité des eaux et de la santé des travailleurs agricoles et des consommateurs, il est nécessaire de repenser la politique agricole globale autour de 4 dimensions fondamentales : souveraineté alimentaire, maitrise de la répartition de la valeur, droit au revenu et respect de l’environnement. Alors que la promotion des technologies et la marchandisation du carbone se poursuivent au profit de l’agroindustrie, quelle transition du modèle agricole pour réduire ses effets sur le climat ?

Avec : CC.OO (Espagne), CDT-M (Maroc), Confédération paysanne (France) , Justicitiz (Liberia), SNETAP-FSU (France), SYNAPARCAM (Cameroun), UGT (Espagne).

Jeudi 17 juin de 15 h 30 à 17 h 30

Atelier : Femmes et climat

Les femmes ont une relation spécifique à l’environnement. La division sexuée du travail aussi bien domestique que rémunéré, les assigne majoritairement au travail du soin et du lien, à l’attention aux autres et au maintien de la qualité de leur environnement. Les femmes représentent 80 % des réfugiés climatiques et 70 % de la population la plus pauvre de la planète. Chaque catastrophe naturelle se traduit par l’augmentation des violences conjugales. Mobilisées contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes, les violences du système patriarcal, elles sont aujourd’hui les premières actrices des mouvements de luttes pour la défense des ressources naturelles et contre la prédation capitaliste. Parfois au péril de leur vie, comme Berta Caceres, militante écologiste assassinée au Honduras, pour s’être opposée à l’édification d’un barrage et à l’assèchement de l’espace vital des populations autochtones. Et pourtant, elles restent minoritaires dans les instances gouvernementales ou associatives censées lutter contre le changement climatique. Notre rôle de syndicaliste et de proposer une transition écologique qui prennent en compte le rôle de femmes dans la gestion des ressources et qui soit un levier pour obtenir l’égalité entre les femmes et les hommes.

Avec : Assemblée des Femmes – Union pour l’écologie (Turquie), Comités Femmes CSI (Monde), Collectif Femmes Mixités CGT (France), Intersindical Mujeres (Espagne)

Vendredi 18 juin de 13 h 00 à 15 h 00

Atelier : Mobilisation transnationale

Ces dernières années ont vu se développer différentes dynamiques transnationales. Des grèves lycéennes et étudiantes en défense du climat aux mobilisations pour la création d’emplois climatiques en passant par les mobilisations transnationales de femmes et les grèves sectorielles dans plusieurs pays, autant d’expériences qui tentent d’associer la mobilisation concrète à une échelle internationale. Quels bilans tirer de ces expériences passées ou en cours ? Quels enseignements en perspective de la COP 26 et plus généralement comment porter un internationalisme en actes ?

Avec : ATTAC (France), CC.OO (Espagne), CNL-CGT (France), CSA (Sénégal) FPU (Ukraine), Friday For Future (Monde) , FTQ (Québec), ITF (Monde), IWGB (Royaume-Uni) , KTR (Russie), Solidaires (France), UGT (Espagne), UNIA (Suisse).

Atelier : Formation et protection face au chômage

Si la nécessité de la lutte contre le réchauffement climatique est aujourd’hui défendue par la plupart des travailleurs, la peur du chômage et de la perte d’emploi exercent une pression très forte et constituent un levier sur lequel le patronat n’hésite pas à s’appuyer pour imposer ses conditions. Comment les syndicats de travailleurs engagés dans des plans de licenciement font-ils face à cette double pression et quelles réponses syndicales plus larges pour soutenir ces luttes et assurer une reconversion socialement juste et écologiquement soutenable ?

C’est un vaste champ d’emplois qui peut et doit s’ouvrir à la condition que la volonté politique soit à la hauteur. Des emplois en nombre, qui seront non délocalisables, pérennes et qui redynamiseront les territoires en développant les circuits courts. Comment faire alors de la nécessaire transition écologique un levier pour la création d’emplois ?

Avec : CES (Europe), CGIL (Italie), CGT (France), DISK (Turquie), KCTU (Corée du Sud) , LO (Suède).

Vendredi 18 juin de 15 h 30 à 17 h 30

Atelier : Coalitions, alliances

Les alliances avec la société civile trouvent aujourd’hui une résonance dans un nombre croissant d’organisations syndicales. Ouvrir un espace de débat sur les conceptions que s’en font les syndicats, parties prenantes de ce type de dynamique, semble un besoin-clé pour se donner la possibilité de travailler dans les meilleures conditions avec les mouvements écologistes et associatifs.

Samedi 19 juin de 13 h 00 à 14 h 00

Table ronde des solidarités : Démocratie et transition écologique

De nombreux syndicats sont aujourd’hui impliqués dans des luttes nationales de grande ampleur. Dans ces conditions, la nécessité de construire un modèle de développements alternatifs (socialement justes et écologiquement soutenables) se subordonne à l’exigence démocratique des combats en cours. Quel lien entre ces combats démocratiques et la nécessité de construire une alternative ?

Samedi 19 juin de 14 h 15 à 17 h 00

Assemblée plénière de clôture

  • Synthèse des travaux des différents groupes
  • Présentation de l’appel unitaire
  • Préparation de la COP 26 de Glasgow : quelles suites à donner au forum ?

A voir aussi

Actualité

COP 26 : on fonce dans le mur et on accélère

La COP 26 a eu lieu à Glasgow, du 31 octobre au 13 novembre. Elle rassemblait des représentants de 200 pays. Le but affiché était d'intensifier les efforts contre le changement climatique, pour…

Communiqués de presse

La CGT dénonce le traitement raciste, inhumain et dégradant des migrant.e.s à la frontière entre l’Union Européenne et le Bélarus

Une crise humanitaire d’envergure est en train de se déployer à la frontière entre le Bélarus et l’Union européenne. Des milliers de migrants irakiens et syriens, parmi lesquels des familles avec…

Actualité

Vers un impôt mondial sur les sociétés “made in USA” ?

Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement américain propose la création d’un impôt minimum mondial sur les entreprises pour en finir avec le Dumping Fiscal. Pour la fédération CGT des…

Nos repères CGT

Le droit à paix et à la sécurité de tout être humain et des populations doit constituer une obligation fondamentale des États et des institutions internationales.

La CGT propose l'égalité de traitement entre salariés et l'application du droit du travail français pour tous les salariés qui travaillent en France