actualité
actualité

Une norme OIT et cinq propositions contre les violences et le harcèlement au travail

Publié le 23 nov 2017
Temps de lecture : 3 min.
« En Europe, 40 à 50 % des femmes déclarent avoir été l'objet de sexisme et de harcèlement sur le lieu du travail », expliquait hier Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale lors de la conférence organisée par la CGT en marge de la journée d'étude sur les violences sexistes et sexuelles rassemblant 200 militant·e·s.

La Confédération syndicale internationale (dont est membre la CGT) a gagné l’inscription à l’ordre du jour de l’Organisation internationale du travail en juin 2018 d’une norme contre les violences et le harcèlement au travail.



Le gouvernement français a pour l’instant pris une position a minima, en refusant de reconnaître les violences spécifiques auxquelles les femmes sont confrontées. L’ensemble des syndicats français affiliés à la CSI (CGT, CFDT, CFTC, FO) ont interpellé le Premier ministre.

Pour la CGT, il s'agit d'intégrer les violences au travail dans la loi annoncée contre les violences sexistes et sexuelles annoncée par Marlène Schiappa, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes.



En présence notamment de Bernard Thibault (représentant des salarié·e·s français·e·s au conseil d'administration de l’OIT), Sharan Burrow (secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale) et Ernestine Ronai (présidente de l’observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis), la CGT a présenté ses propositions pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail.
 

5 mesures doivent être intégrées dans la loi :

> la mise en œuvre de sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas leurs obligations de prévention et la création d’une obligation de négocier sur les violences sexistes et sexuelles ;
>le maintien des CHSCT et la mise en place de référent·e·s violences, indépendant·e·s de l’employeur, désigné·e·s par les institutions représentatives du personnel, chargé·e·s d’accompagner les victimes, de diligenter des enquêtes ou des expertises et de suivre la mise en œuvre des mesures de prévention ;
> la mise en place d’une heure de sensibilisation obligatoire de tous les salarié·e·s, d’une formation de tou·te·s les manageur·euse·s, RH et professionnel·le·s en contact avec les victimes, le doublement des subventions aux associations et du nombre d’hébergements d’urgence ;
> la protection des victimes contre le licenciement et les sanctions, la prise en charge de l’ensemble des frais de justice par l’employeur et la reconnaissance automatique de leur situation en accident du travail/maladie professionnelle, la création d’un statut de la victime dans les procédures disciplinaires ;
> l’extension des prérogatives et moyens des inspecteur·trice·s et des médecins du travail.

En février, une grande action syndicale est prévue en Europe pour dire « ASSEZ, BASTA, etc » aux violences sexistes et sexuelles et au harcèlement au travail. En mars aura lieu également la Journée internationale du droit des femmes.

Voir le dossier Stop à la violence sexiste au travail !

A voir aussi

Communiqués de presse

La CGT condamne le racisme et les violences policières des deux côtés de l’Atlantique

Depuis une semaine, les États-Unis connaissent une mobilisation sans précédent contre le racisme d’État et les violences policières.

Communiqués de presse

POUR LE RESPECT DU DROIT HUMAIN ET DES CONVENTIONS INTERNATIONALES

La CGT, une fois de plus, proteste contre les violences dont sont victimes les travailleur-euse-s au Bangladesh dans les entreprises sous-traitantes des grandes marques de la mode et de la…

Document

JO 2024 : la CGT veillera à l'exemplarité sociale

La CGT organisait une grande journée le 16 janvier 2019 à Montreuil pour débattre des enjeux sociaux des jeux. C'est une première mondiale : une charte sociale a été créée à l'initiative de la CGT et…

Nos repères CGT

La CGT considère que l'émancipation des femmes passe par leur égal accès au travail salarié.

Chaque personne, qu’elle soit en demande d’emploi ou de stage, salariée, stagiaire, doit effectivement bénéficier d’une situation d’emploi, de formation et de travail sans discrimination. Pour cela, le droit à la non-discrimination (européen et français), globalement satisfaisant, doit être mis en œuvre de manière efficace en s’appuyant sur des moyens mobilisables et opposables.