actualité
actualité

Des institutions financières se sont déjà désengagées

Publié le 29 mar 2017
Temps de lecture : 2 min.
Afin de se conformer au droit international, un certain nombre d’institutions financières étrangères publiques et privées ont pris publiquement la décision de cesser tout investissement en cours et futur dans les banques et entreprises israéliennes impliquées dans la colonisation.

En 2010, le conseil d’éthique du fonds de pension global du gouvernement norvégien a ajouté les entreprises Shikun & Binui et Elbit Systems sur sa liste noire d’exclusion.

En décembre 2013, le fond de pension néerlandais PGGM, appartenant à PFZW, le plus important groupe de fonds de pension aux Pays-Bas, a ajouté cinq banques israéliennes (Bank Hapoalim, Bank Leumi, First International Bank of Israel, Israel Discount Bank et Mizrahi Tefahot Bank) sur sa liste d’exclusion en raison de leur implication dans les colonies israéliennes. Cette décision a fait suite au refus de ces banques de cesser de financer des activités dans ces colonies, malgré les inquiétudes réitérées par le fonds de pension néerlandais en matière de violations du droit international.

En 2014, le fonds de pension luxembourgeois FDC s’est désinvesti à son tour de ces cinq banques israéliennes pour les mêmes raisons. La même année, la banque danoise Danske Bank et la banque allemande Deutsche Bank Ethical Fund ont mis Hapoalim Bank sur une liste noire. Plus récemment, en janvier 2016, le fonds de pension de l’Église méthodiste aux États-Unis, estimé à 20 milliards de dollars, s’est désengagé des banques Hapoalim et Leumi et a ajouté les cinq banques sur sa liste d’exclusion en raison de leur contribution directe à la colonisation israélienne.

A voir aussi

dossier

Les liaisons dangereuses des banques françaises avec la colonisation israélienne

Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient un rapport sur « Les liaisons dangereuses…

Actualité

Opacité bancaire, politiques désastreuses... Arrêtez le massacre !

Alors qu'éclate le scandale des « Paradise papers », la Fédération CGT des finances souhaite pointer quelques faits qui méritent qu'on s'y arrête.

Nos repères CGT

Ce pôle financier public reposerait sur la mise en réseau d’un ensemble d’institutions financières de statut public et semi-public exerçant des missions de service public et d’intérêt général.

Les politiques financières, budgétaires et monétaires doivent trouver un nouveau sens au service de l’intérêt général. Les banques et les institutions financières doivent retrouver le sens premier de leur activité : financer le développement.