Secteur flaconnage : parfumerie, pharmacie et cosmétique

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 6 Juil. 2020
5.000 salarié∙e∙s - Entreprises : SGD, POCHET, Stolzle Masnières, VERESCENCE, BROSSE, SCHOTT, WALTERSPERGER, AMCOR, GLASS PHARMA…
Imagette
Secteur flaconnage : parfumerie, pharmacie et cosmétique

Points forts du secteur

  • Une filière d’excellence dans le flaconnage : 1er producteur mondial avec 75% de la production mondiale de flacons dédiés à la parfumerie de luxe et la cosmétique dans la vallée de la Bresle ;
  • la « glass vallée » fédère 65 entreprises et plus de 7.000 salarié∙e∙s spécialisé∙e∙s, avec de nombreux site sous-traitant en retriage ;
  • pour la parfumerie et la cosmétique de luxe, un savoir-faire reconnu dans la vallée de la Bresle avec un design et des productions à valeur ajoutée utilisant de multiples technologies (laquage, laquage intérieur, Metall’ing, Color’ing, polissage, marquage à chaud, sérigraphie, …) ;
  • le verre est un matériau écologique, recyclable qui reprend des parts de marché sur le plastique depuis quelques années et notamment avec les pots en cosmétique.

Difficultés et craintes rencontrées par le secteur

  • La filière est très prisée par les fonds d’investissements et les entreprises souvent fortement endettées ;
  • des frais fixes élevés qui obligent à charger les lignes de production sans répercussion des hausses des coûts de production aux grands groupes (LVMH, LOREAL etc.) surtout en période de crise lorsque les installations sont surcapacitaires ;
  • des marges restent limitées dans le secteur et sous la pression des acteurs de luxe et de la cosmétique qui pèsent de leur pouvoir de négociations ;
  •  la demande en aval de la filière est devenue tributaire de la consommation en Chine ;
  • beaucoup de petites entreprises -50 salarié∙e∙s sous-traitants, tributaires des leaders.
  • Des tensions financières pouvant aller jusqu’aux ruptures de paiement ;
  • un assèchement des investissements qui provoque un déclassement de la compétitivité de la filière, comme cela avait été le cas au cours de la première décennie des années 2000.

Mesures de soutien essentielles à l’avenir de la production de flaconnage en France

  • Limiter le poids des acteurs du luxe : un prix minimum ?
  • une limitation de l’usage du plastique d’emballage et pour les étiquettes (+ sérigraphie, satinage) ;
  • les PGE pour soutenir et éviter les ruptures de paiement de ces entreprises ;
  • le soutien à l’investissement, par exemple avec un dispositif de suramortissement pour les investissements capitalistiques, valable pour les 3 années à venir ;
  • conditionner les aides fiscales publiques et les aides sociales, le recours au chômage partiel à un engagement sur l’emploi et la réduction de nos émissions et une meilleure transition écologique.

Sur le même thème