actualité
actualité

Hiver 2018 : RTT et repos de nuit, lutte à la gare Montparnasse

Publié le 17 mai 2018
Temps de lecture : 1 min.
Suite à une restructuration d'établissement programmée au 1<sup>er</sup> janvier 2018, les cheminots ont mené une lutte contre la diminution des repos de nuit et du nombre de RTT. Martial Maillet, cheminot à la gare Montparnasse à Paris, explique comment la lutte a pu déboucher sur une victoire.



Une lutte qui fait écho à celle menée actuellement par les cheminots qui entament leur 10ème séquence de grève. Ces derniers sont appelés à voter du lundi 14 mai au lundi 21 mai. La consultation lancée à l’initiative des organisations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail, CFDT et baptisée «vot’action », pose la question suivante : « Etes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ? ». Par ailleurs, la CGT qui a remis son rapport « Ensemble pour le fer » à Edouard Philippe le 13 mars dernier sera avec les autres organisations syndicales reçue par le Premier ministre le 25 mai prochain.

A voir aussi

Actualité

Le pouvoir d’achat des agents de la RATP en berne

vendredi 7 septembre 2018 Avec le gel de la valeur du point, l’inflation et les politiques du gouvernement, le pouvoir d’achat des agents de la RATP se dégrade significativement. Ainsi, La CGT-RATP…

Document

AG des cheminots à Austerlitz : le mouvement bien ancré

Vendredi 13 avril, au moment de la deuxième séquence de journées de grève les cheminots tenaient leur assemblée générale. Des étudiants de l'Université de Paris I les avaient rejoints pour l'occasion…

Document

Histoires de luttes : RTT et repos de nuit, lutte à la Gare Montparnasse

Suite à une restructuration d'établissement programmée au 1er janvier 2018, les cheminots ont mené une lutte contre la diminution des repos de nuit et du nombre de RTT. Martial Maillet, cheminot à la…

Nos repères CGT

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.