actualité
actualité

La direction de la tour Eiffel rompt les négociations

Publié le 2 aoû 2018
Temps de lecture : 2 min.
Alors que la direction de la société d’exploitation de la tour Eiffel (Sete) a suspendu les négociations avec les syndicats relatives à la réorganisation de la vente des billets pour ce monument. La CGT fustige ce projet qui met "les agents d’accueil à bout".
Tour Eiffel

Mercredi après-midi, la direction de la tour Eiffel a fermé le monument emblématique de Paris, visité par plus de 6 millions de personnes par an.

La raison ? La suspension des négociations avec les syndicats, qui dénonçaient le projet de réorganisation de la vente des billets. En l’espèce, les syndicats ne contestent pas la décision de monter à 50% la proportion de tickets ouverts à la réservation par créneau horaire, mais le choix de la direction de réserver l’un des deux piliers d’entrée à l’accueil de ces visiteurs.

La conséquence ? L’accueil de ces visiteurs engendre des files d’attente « souvent totalement déséquilibrées », jusqu’à trois heures pour des billets classiques et une heure pour les billets horodatés. « Les files d’attente sont parfois monstrueuses » souligne le délégué syndical CGT de la société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE).Retour ligne automatique La conséquence de cette réorganisation de la vente des billets ? Une insatisfaction tant des clients que des employés : « au delà du gâchis généré en termes d’efficacité, insatisfaction des visiteurs (…) les agents d’accueil sont à bout » fustige un salarié.

Contre la malhonnêteté d’une direction qui essaye de faire porter la responsabilité de la fermeture de ce monument emblématique de la ville de Paris sur le dos des salariés, la CGT exige l’emploi davantage de personnel pour faire face à l‘afflux toujours plus important de visiteurs, ainsi que la réorganisation de la vente des billets, afin que les visiteurs ayant des billets classiques ne soient pas obligés d’attendre 3 heures dans une file d’attente.

A voir aussi

Actualité

Campanile Bussy-St-Georges et Arcueil : victoire pour les sans-papiers des sous-traitants

13 salarié.e.s sans papiers des sociétés sous-traitantes pour les hôtels Campanile de Bussy-St-Georges et Arcueil vont obtenir leurs documents de demandes de régularisation.

Actualité

Monoprix Gambetta: rassemblement de soutien en vue de la réunion avec la direction

Après plusieurs actions, la direction de Monoprix a enfin décidé de rencontrer les salariés, vendredi 25 mai à 11h30, afin de trouver une solution aux problèmes auxquels ces derniers font face. Un…

Nos repères CGT

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.