La justice s’acharne contre les ex-salariés Goodyear

Publié le 12 jan 2017
Temps de lecture : 1 min.
Venues de toute la France plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées de la fin de la matinée au milieu de l'après-midi mercredi 11 janvier devant le Palais de Justice d'Amiens pour soutenir les huit anciens salariés. Sur les huit ex-salariés de Goodyear poursuivis pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014 ou violence en réunion juste avant la fermeture de l'usine de pneus d'Amiens, un seul est totalement relaxé...

Venues de toute la France plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées de la fin de la matinée au milieu de l'après-midi mercredi 11 janvier devant le Palais de Justice d'Amiens pour soutenir les huit anciens salariés.
Sur les huit ex-salariés de Goodyear poursuivis pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014 ou violence en réunion juste avant la fermeture de l'usine de pneus d'Amiens, un seul est totalement relaxé. Les 7 autres sont condamnés de 2 à 12 mois de prison avec sursis avec 5 ans de mise à l’épreuve.

La CGT restera mobilisée contre toute atteinte aux libertés syndicales et affirme dans un communiqué que « Le combat pour la relaxe doit continuer, être syndiqué, défendre l’emploi, ne doit pas être un délit. »

A voir aussi

Actualité

863 emplois menacés par la fermeture de l’usine Bridgestone

La direction de Bridgestone, fabricant japonais de pneus, a annoncé mercredi 16 septembre vouloir fermer le site de Béthune d’ici le premier semestre 2021 : 863 emplois sont menacés. Pour sauver l…

Communiqués de presse

RELAXE POUR LES 8 syndicalistes de GOODYEAR : journée de mobilisation et de grève, les 19 et 20 Octobre 2016

Communiqué commun de la CGT, de l’Union départementale de la Somme, de la Fédération CGT FNIC et du syndicat CGT Goodyear.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.