actualité
actualité

Le directeur du Carrefour Express de Merville souhaite la chambre à gaz aux syndicalistes

Publié le 28 nov 2017
Temps de lecture : 2 min.
Frédéric Roussel, directeur de plusieurs supérettes de la région d'Armentières (59), souhaite mettre « tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler » (sic !). C'est fortuitement que le secrétaire général du syndicat du transport CGT d’Armentières et des environs, David Waegemacker a découvert les propos, condamnés par la loi, tenus par ce « monsieur » : consulté par une salariée du Carrefour Express de Merville pour une procédure de licenciement, c'est en cherchant des informations sur le profil Facebook du directeur de la supérette qu'il est tombé sur des déclarations ignobles, lisibles de tous, tenues au moment de la mobilisation contre les ordonnances Macron, en octobre...

Frédéric Roussel, directeur de plusieurs supérettes de la région d'Armentières (59), souhaite mettre « tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler » (sic !).

C'est fortuitement que le secrétaire général du syndicat du transport CGT d’Armentières et des environs, David Waegemacker a découvert les propos, condamnés par la loi, tenus par ce « monsieur » :
consulté par une salariée du Carrefour Express de Merville pour une procédure de licenciement, c'est en cherchant des informations sur le profil Facebook du directeur de la supérette qu'il est tombé sur des déclarations ignobles, lisibles de tous, tenues au moment de la mobilisation contre les ordonnances Macron, en octobre.

Le profil de Frédéric Roussel, depuis, a été « nettoyé », mais pas assez vite cependant, et un huissier, mandaté par la CGT, a pu constater les faits.
Depuis, les plaintes contre lui s'accumulent.

Pour sa défense, Frédéric Roussel, interrogé le 21 novembre par le quotidien La Voix du Nord, a déclaré que « ce commentaire, c’était une réponse à un copain. C’était de l’ironie. Personne ne l’a lu. » Et de rajouter, sûr de son droit : « C’est une page personnelle avec 99 % de photos de rallyes. Si le commissariat me convoque, j’irai. Et je m’expliquerai. Si je dois retirer le commentaire, je le ferai. Si je dois payer aussi. »

Pour David Waegemacker, les justifications et l'attitude de ce directeur sont inacceptables.
 

L'Union locale CGT a conservé sur son site internet des captures d'écrans des propos tenus par Frédéric Roussel « pour ne pas oublier » et appelle à une manifestation   devant le magasin de Merville, mercredi 29 novembre à 9h.

A voir aussi

Communiqués de presse

CDG EXPRESS Train bling-bling, c'est ni en 2024, ni en 2025 !

Le rapport du préfet Cadot, missionné par le gouvernement et portant sur le phasage des travaux du train CDG Express, a été rendu publique vendredi 10 mai dernier. Ce rapport comporte des scénarios…

Actualité

750 emplois menacés chez Castorama et Brico Dépôt

La Fédération CGT Commerce et Services, les syndicats CGT Castorama et Brico Dépôt, et l’intersyndicale CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, ont acté une mobilisation nationale le vendredi 1er décembre 2017 au…

Actualité

La CGT va déposer plainte pour discrimination raciale et syndicale contre Auchan

Alors que Fadila, la caissière qui avait fait une fausse couche sur son poste de travail à Auchan City de Tourcoing, va déposer plainte pour non-assistance à personne en danger, l’Union locale CGT de…

Nos repères CGT

La CGT considère que l'émancipation des femmes passe par leur égal accès au travail salarié.

Chaque personne, qu’elle soit en demande d’emploi ou de stage, salariée, stagiaire, doit effectivement bénéficier d’une situation d’emploi, de formation et de travail sans discrimination. Pour cela, le droit à la non-discrimination (européen et français), globalement satisfaisant, doit être mis en œuvre de manière efficace en s’appuyant sur des moyens mobilisables et opposables.