actualité
actualité

Déni du droit de grève à la Maison de la petite enfance

Publié le 5 jan 2018
Temps de lecture : 1 min.
La totalité des agents de la Maison de la petite enfance de Longwy en Meurthe-et-Moselle sont en grève depuis le 4 janvier, pour réclamer notamment le respect du taux d'encadrement des enfants, le versement de la bonification indiciaire légale et la pérennisation des contrats précaires. Réponse de la mairie : refusant d'engager les négociations durant la période de préavis elle a fait remplacer les grévistes par des intérimaires non qualifiés à s'occuper de jeunes enfants ! Une attitude méprisante à tous les égards : non respect de la loi régissant le droit de grève, mépris à l'égard des agents et de leurs revendications légitimes, négation de la sécurité des enfants...

La totalité des agents de la Maison de la petite enfance de Longwy en Meurthe-et-Moselle sont en grève depuis le 4 janvier, pour réclamer notamment le respect du taux d'encadrement des enfants, le versement de la bonification indiciaire légale et la pérennisation des contrats précaires.

Réponse de la mairie : refusant d'engager les négociations durant la période de préavis elle a fait remplacer les grévistes par des intérimaires non qualifiés à s'occuper de jeunes enfants !

Une attitude méprisante à tous les égards : non respect de la loi régissant le droit de grève, mépris à l'égard des agents et de leurs revendications légitimes, négation de la sécurité des enfants.

La Fédération CGT Services publics a fait savoir dans un communiqué de presse qu'elle exigeait l'ouverture immédiate de négociations avec l'employeur et attendait du préfet qu'il fasse respecter la loi empêchant de faire appel à des intérimaires pour casser la grève.

L'union départementale CGT de Meurthe-et-Moselle et la Fédération CGT Services publics appellent à un rassemblement de soutien aux agents en grève et pour dénoncer l'entrave au droit de grève le 16 janvier à 10h30, devant la préfecture.

A voir aussi

Actualité

Nancy, Villejuif : les hébergements syndicaux dans le collimateur des mairies

Ce n'est pas nouveau, les libertés syndicales sont régulièrement attaquées. Focus sur la bourse du travail de Villejuif où les syndicats sont menacés d'être expulsés et le local syndical de Nancy, où…

Actualité

Soutenons les six syndicalistes de Haguenau condamnés

Ce mardi 7 mars fut un triste jour pour les libertés syndicales en France. Au tribunal de grande instance de Strasbourg, six syndicalistes (4 CGT, 1 FO et 1 Solidaires) poursuivis pour s'être…

Nos repères CGT

La CGT considère que l'émancipation des femmes passe par leur égal accès au travail salarié.

Chaque personne, qu’elle soit en demande d’emploi ou de stage, salariée, stagiaire, doit effectivement bénéficier d’une situation d’emploi, de formation et de travail sans discrimination. Pour cela, le droit à la non-discrimination (européen et français), globalement satisfaisant, doit être mis en œuvre de manière efficace en s’appuyant sur des moyens mobilisables et opposables.