Transports : un tassement des salaires intenable

Imagette
Publié le 14 jan 2022
Temps de lecture : 2 min.
Les négociations sur les salaires sont au point mort dans la branche du transport de marchandises. Depuis le 1er janvier et la revalorisation du SMIC, les plus bas salaires de la branche sont inférieurs au SMIC.

Alors que la CGT demandait une augmentation de 10 %, les organisations patronales proposent une première augmentation de 5 % et une seconde de 1 % qui serait applicable au mois de mai.

« Sachant que les coefficients les plus bas sont à 10,20 euros de l'heure alors que le SMIC est à 10,58 euros de l'heure, prévient Jean-Louis Delaunay, de la Fédération nationale des syndicats des transports CGT, 3,6 % de l'augmentation servirait seulement à rattraper le SMIC. »

Finalement l'augmentation ne serait donc que de 1,4 %.

La branche du transport routier recherche actuellement 50 000 salariés. « S'il y a un manque de main-d'œuvre, c'est que ce n'est plus attirant » résume Jean-Louis Delaunay.

Pourtant, le patronat du secteur refuse les demandes portées par la CGT telles que la création d'un treizième mois conventionnel, la suppression du délai de carence en cas de congé maladie qui peut faire perdre au salarié jusqu'à cinq jours de salaire.

La demande de revalorisation des grilles d'ancienneté reste aussi lettre morte pour l'instant.

Actuellement un ouvrier du secteur bénéficie d'une augmentation de 8 % après quinze ans d'ancienneté.

Pour un employé qui a la même ancienneté, l'augmentation est de 15 %.

De nombreuses négociations de branches sont en cours pour la revalorisation des salaires. Mais elles aboutissent au mieux à un minimum.

Du côté des fonctionnaires, la valeur du point d'indice qui sert à calculer le salaire brut n'a quasiment pas augmenté depuis plus de dix ans.

Les salaires se tassent et le patronat ne reconnaît pas la qualification des salariés. Entre 2011 et 2019, la pension moyenne des employés et ouvriers retraités a diminué de 8,4 % et celle des cadres retraités de 17,9 %, selon l'Agirc-Arrco, caisse de retraite complémentaire du privé.

Pendant ce temps, le coût de la vie a explosé. En vingt ans d'ouverture des marchés de l'énergie, le prix du gaz a doublé.

Le 27 janvier, la CGT, ainsi que FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelle pour les salaires et l'emploi.

La CGT défend une augmentation du SMIC à 2 000 euros brut. Elle prône aussi la réduction du temps de travail hebdomadaire à 32 heures sans perte de salaire. Le fruit des richesses créées doit bénéficier au plus grand nombre.

A voir aussi

Actualité

Élections professionnelles : la CGT RATP redevient le 1er syndicat

Avec 2285 voix supplémentaires par rapport à 2018, la CGT RATP est arrivée en tête aux élections professionnelles, le 26 novembre dernier. La CGT redevient la première organisation syndicale. Un…

Actualité

Grâce à la mobilisation, le train des primeurs redémarre

La remise en circulation du train Perpignan-Rungis est une première victoire pour la CGT, qui appelle au retour à un vrai service public du fret.

Actualité

Manifestation du 5 octobre à la RATP : pour un vrai service public des transports

Une assemblée générale a rassemblé les salariés de la RATP contre la filialisation des ateliers de maintenance. Face à la mise en concurrence du secteur, la CGT redit son attachement au service…

Nos repères CGT

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.