actualité
actualité

Privatisation d’ADP : un scandale !

Publié le 14 juin 2018
Temps de lecture : 2 min.
Le Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire est venu au siège social d’Aéroports de Paris annoncer au Comité Exécutif, puis en conférence de presse, que la privatisation d’A.D.P. a été décidée dans le cadre de la loi PACTE.
Aéroport Orly

Le Ministre a été interpellé dès son arrivée par les délégués des organisations syndicales qui ont manifesté leur vive opposition au projet de privatisation.

Sous la pression des représentants des salariés mécontents, le directeur de cabinet du Ministre et le directeur exécutif d’Aéroports de Paris ont reçu une délégation de délégués syndicaux. A l’issue de cet entretien, le ministère confirme vouloir modifier le statut juridique d’ADP pour pouvoir céder tout ou partie des actifs de l’Etat.

Ainsi, les intérêts de la Nation dans le secteur du transport aérien seraient sacrifiés au profit d’une vision purement comptable et libérale. Après sa présentation au Conseil des Ministres le 18 juin, le dossier sera renvoyé au débat parlementaire à la rentrée de septembre.

La CGT a dénoncé l’absence de projet industriel et stratégique dans le plan du gouvernement avec un risque élevé de sous-investissement dans le système aéroportuaire francilien et de destructions des milliers d’emplois qui y sont associés. Les salariés sont attachés à la maîtrise publique des Aéroports et à ses missions de Service Public. Nous avons obtenu une rencontre le 20 juin après-midi à Bercy, au cours de laquelle seront abordées les revendications portées par la CGT.

A voir aussi

Actualité

Un plan de développement pour le fret ferroviaire

« 1 000 Perpignan-Rungis en 2050, c’est possible! » pour la CGT cheminots, qui a présenté lundi 21 septembre son plan de rupture pour le développement du transport public ferroviaire des marchandises…

Actualité

ADP : privatisation suspendue, la lutte continue

Le gouvernement a annoncé le 11 mars la suspension de la privatisation des aéroports de Paris, dont il détient 50,63 % des parts. La crise sanitaire du Coronavirus ayant fait chuter son cours à la…

Actualité

SNCF : des primes pour les non-grévistes

La direction SNCF a décidé de verser des primes exceptionnelles, allant de 300 à 1500 euros, aux cheminots non-grévistes. Déjà en 2016 et 2018, elle avait eu recours à ce stratagème.

Nos repères CGT

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.