Manifestation du 5 octobre à la RATP : pour un vrai service public des transports

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 4 oct. 2021
Une assemblée générale a rassemblé les salariés de la RATP contre la filialisation des ateliers de maintenance. Face à la mise en concurrence du secteur, la CGT redit son attachement au service public et fait entendre ses propositions.
Imagette
ratp

La direction de la RATP (Régie autonome des transports parisiens) entend créer une filiale qui regrouperait les ateliers de maintenance des bus de Michelet, Bastille et Championnet, auxquels tous les centres bus font appel. Ce transfert d'activité s'inscrit dans un cadre plus large.

Alors que la crise Covid a révélé l'importance du service public, la loi prévoit en effet l’ouverture à la concurrence des transports en Île-de-France.

Il est actuellement prévu que la RATP perde son monopole le 31 décembre 2024 pour les bus, le 31 décembre 2029 pour les tramways, et le 31 décembre 2039 pour les métros et RER.

Les salariés subissent actuellement diminutions des effectifs et restructurations.

La CGT porte un autre projet. Afin d'assurer la sécurité des voyageurs, il importe de sortir la maintenance et la fabrication industrielle des contraintes des marchés.

Pour répondre aux besoins des populations et relever le défi de la transition écologique, la concurrence n’est pas une solution, elle est un problème.

La CGT s'oppose à l’ouverture à la concurrence des transports urbains, essentiels à la population.

La CGT défend la création d'un service public des transports et le maintien du monopole public de la RATP. Elle propose la réappropriation publique de la gestion et des biens publics.

Sur le même thème

Actualité

Nouvelle journée d’action à la RATP pour les salaires et contre l’ouverture à la concurrence

Lire la suite
Actualité

Grâce à la mobilisation, le train des primeurs redémarre

Lire la suite
Actualité

Le coût du démantèlement du réseau ferroviaire français

Lire la suite